•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manufacturiers, constructeurs et commerçants prêts au retour au travail

Vue d'une grue d'un chantier de construction à Québec, le 28 avril 2020

La reprise partielle dans la construction amorcée le 20 avril s'étendra à l'ensemble de l'industrie à partir du 11 mai.

Photo : Radio-Canada

La reprise annoncée mardi dans plusieurs secteurs économiques est bien reçue dans la région de Québec.

Si on respecte le 11 mai, oui je suis capable de vivre avec. Mais va falloir qu'on le respecte, parce que ça fait assez longtemps qu'on attend, lance Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels du Québec.

Selon la formule annoncée, les entreprises manufacturières pourront avoir à l'emploi une base de 50 employés, plus 50 % de la main-d'œuvre excédentaire.

Une usine de 500 employés pourrait donc faire travailler 225 personnes.

Oui, il y en a qui vont marcher au ralenti, mais c'est encore mieux que de ne pas marcher pantoute, commente M. Dolbec.

Des réponses demandées pour les restaurants

La Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ) se réjouit du plan dévoilé par le gouvernement Legault.

Est-ce que ça va sauver les meubles? C'est un peu tôt pour le dire, mais certainement que ça va aider les entreprises dans la reprise économique, avance le directeur des relations publiques, Étienne Cummings.

N'empêche, la CCIQ presse Québec de donner des réponses aux restaurateurs et aux entreprises du domaine touristique quant au retour au travail.

C'est clair qu'on fait preuve de patience, par contre, je pense qu'il y a une pression à faire sur le gouvernement, ajoute M. Cummings. Ces entreprises-là doivent se préparer actuellement. C'est la plus haute saison qui s'en vient.

On est impatients comme beaucoup de personnes qui vivent la même situation, explique pour sa part Bertrand de Lépinay, gérant du restaurant Portofino de la route de l'Église dans le secteur Sainte-Foy.

Il faudra du temps aux restaurants pour se préparer avant de recevoir les clients. M. de Lépinay précise notamment que la disposition des salles à manger sera complexe en raison des mesures de distanciation physique. Il est encore possible de sauver la belle saison, selon lui.

On a bon espoir, début juillet au plus tard, sinon c'est notre été qui part avec la COVID, prévient-il.

Les salons de coiffure doivent aussi patienter pour leur réouverture. Tout comme les centres commerciaux.

On comprend très bien que la réouverture est progressive, indique pour sa part Jonathan Trudel, vice-président exécutif de Trudel Corporation, qui possède huit centres commerciaux dans la région de Québec.

On accueille favorablement cette nouvelle-là étant donné que la majeure partie de nos commerces ont un accès extérieur dans nos mails.

Une industrie déjà en marche

Dans la construction, la reprise partielle avait été lancée le 20 avril. La reprise complète en réjouit plusieurs et tous se disent fin prêts.

On se rend compte que le message a passé. Les entrepreneurs ont compris. Les mesures sanitaires sont mises en place et les travailleurs sont contents, juge Carl Dufour, président de CSD Construction.

Aucun cas de COVID-19 n'aurait été rapporté sur les chantiers, ajoute M. Dufour, qui assure que la Commission des normes de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail et la Commission de la construction du Québec mènent des inspections.

L'application des mesures sanitaires ne nuit par ailleurs pas trop à la productivité selon un contremaître.

En tant que contremaître, ça me prend peut-être une demi-heure par jour, 45 minutes, pour mettre les normes en place, mais pour la balance des travailleurs, ça roule assez bien, affirme Renaud Gagné, contremaître chez Construction Edguy.

Avec les informations d'Olivier Lemieux, Marc-Antoine Lavoie et Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !