•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon fait un pas de plus vers l’interdiction des thérapies de conversion

Radio-Canada

La majorité des élus du conseil municipal de la Ville de Saskatoon a voté lundi soir pour l'élaboration d’un règlement sur l’interdiction des thérapies de conversion sur son territoire.

Le vote a été remporté à 11 voix contre 2.

L’un de ceux qui se sont opposés à l’écriture d’un règlement municipal sur l’interdiction des thérapies de conversion, Randy Donauer, s’est dit préoccupé par le fait que les élus votent sur la question sans avoir entendu d’abord l’avis des experts.

Je ne pense pas que quiconque devrait être soumis à quoi que ce soit qui brime ses droits et qui le persécute, mais cela n'a jamais fait partie du rôle des municipalités de réglementer les services de santé ou les services religieux, a-t-il indiqué.

Il y a un peu plus d’une semaine, un document soumis au comité de gouvernance et des priorités de la Ville de Saskatoon recommandait aux conseillers municipaux d’harmoniser toute décision à propos des thérapies de conversion avec le projet de loi C-8 déposé par Ottawa au mois de mars.

Le rapport suggérait entre autres que les municipalités avaient des options limitées pour légiférer sur la pratique controversée et qu’un règlement municipal à cet effet serait essentiellement symbolique.

Certaines personnes avaient toutefois pressé la Ville de Saskatoon d’agir avant même de connaître le dénouement du projet de loi d’Ottawa afin de bannir les thérapies de conversion le plus tôt possible à travers la municipalité.

Les thérapies de conversion ont notamment pour but de changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.

Les méthodes utilisées dans les thérapies peuvent prendre plusieurs formes, notamment celle d’une psychothérapie ou d'une thérapie par aversion, qui vise à changer le comportement d’une personne en l’exposant à un malaise.

Certaines grandes villes au Canada, comme Calgary et Vancouver, ont déjà interdit les thérapies de conversion sur leur territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !