•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba triplera le nombre de tests afin de rouvrir l’économie

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, est assis à une table, avec derrière lui deux drapeaux de la province.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, indique que son gouvernement veut procéder prudemment à une réouverture de l'économie.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Les tests de dépistage de la COVID-19 au Manitoba sont désormais accessibles à tous ceux qui ont des symptômes, même légers, de la maladie : toux, rhume, mal de gorge et/ou fièvre.

D'ici la fin de l’été, le nombre de tests que la province sera capable d’effectuer triplera, a annoncé mardi le premier ministre Brian Pallister. Il devrait atteindre environ 3000 par jour. 

Le gouvernement du Manitoba envisage une stratégie prudente de redémarrage de l’économie pour redonner confiance à la population afin qu'elle puisse aller travailler ou magasiner en toute sécurité, selon Brian Pallister. 

Le laboratoire privé Dynacare assistera le laboratoire provincial Cadham pour augmenter le nombre de tests. Jusqu’alors, ce dernier pouvait fournir environ 1000 tests par jour.

La capacité accrue de fournir des tests de dépistage coûtera moins de 10 millions de dollars à la province, a indiqué Brian Pallister. Si ces mesures ne sont pas prises et qu’une deuxième vague de COVID-19 survient, ces coûts seront bien supérieurs, a-t-il toutefois précisé. 

Il faut « rester sur le qui-vive »

La province a réussi à aplatir la courbe de la COVID-19, annonce Brian Pallister, mais il ne faut pas baisser les bras. Le premier ministre appelle la population à rester prudente et à poursuivre les mesures de distanciation sociale et les autres protocoles parce que la courbe peut à nouveau connaître une hausse.

La réouverture progressive de l’économie est rendue possible par le bon comportement du public et des faibles statistiques sur la COVID-19 dans la province.

Le premier ministre ajoute qu'il dévoilera demain les détails de son plan de réouverture de l'économie.

Brian Pallister est resté vague sur l’étendue des détails de ce protocole. Nous essayons de rédiger un plan pour donner plus de confiance à la population pour l’avenir, a-t-il répondu aux journalistes.

Le premier ministre a toutefois confirmé que les rassemblements, comme les concerts, seront probablement les dernières choses autorisées parce qu’ils pourraient provoquer une nouvelle éclosion de COVID-19.

Nous préférons ne pas faire de mises à pied, réaffirme M. Pallister

Questionné sur des mises à pied dans le secteur public, Brian Pallister soutient que sa position a été mal présentée par certains, ce qui a soulevé des craintes.

Le gouvernement manitobain a indiqué la semaine dernière qu’il poursuivait des discussions avec les syndicats des employés du secteur public sur la réduction de la semaine de travail des fonctionnaires non essentiels. Il a confirmé qu’il effectuerait des mises à pied s’il n’était soutenu ni par Ottawa ni par les syndicats.

Nous voulons répartir le travail pour éviter de faire des mises à pied, a répété Brian Pallister mardi.

Mais nous avons des bâtiments du gouvernement qui sont vides, ils n’ont pas besoin d’être nettoyés autant qu’avant dit-il à titre d'exemple.

Nous n'avons pas besoin que tout le monde prenne un balai et prétende les nettoyer. Nous voulons payer les employés qui font du travail nécessaire pour le service public.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Le premier ministre a indiqué qu’il avait le soutien de ses homologues provinciaux, en ce qui concerne un accord avec Ottawa au sujet des emprunts des provinces.

Les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 et qui désirent se faire tester doivent toujours s'adresser à la ligne Info Santé, au 204 788-8200.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !