•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que dessinent les enfants au temps de la COVID-19?

Dessin d'enfant au crayon feutre.

Kabel, de Markham, a dessiné un combat de boxe qui oppose la planète Terre au coronavirus.

Photo : Kabel

Nous avons lancé un appel sur les réseaux sociaux pour demander aux parents d'envoyer les dessins que leurs enfants ont faits depuis le début du confinement.

Nous avons reçu une vingtaine d’œuvres.

Un dessin en soutien au personnel médical.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maha, 9 ans, Toronto

Photo : Maha

Les spécialistes affirment que le dessin peut aider les enfants à surmonter les obstacles qu'ils rencontrent durant la pandémie.

C'est leur façon à eux de traiter de l'information que parfois ils ne comprennent pas, affirme Violaine Dasseville, psychologue et art-thérapeute.

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Feenyx, Markham. Il explique que le coeur représente son père, qui est infirmier.

Photo : Feenyx

Ce que ça permet dans le contexte actuel, c'est la capacité d'évacuer la charge émotive que les enfants peuvent vivre. Donc, libérer les émotions, ajoute Nancy Doyon, accompagnatrice familiale et éducatrice spécialisée.

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emilie, 9 ans, Toronto. Elle explique que deux des personnages sont en train de faire la roue parce qu'ils sont heureux de penser que le coronavirus s'en ira.

Photo : Emilie

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kynlee, 5 ans, Thunder Bay. Elle a dessiné un virus. Elle dit qu’il a un sourire, car il vient d'infecter d’autres personnes.

Photo : Kynlee

Le changement peut engendrer de l'anxiété. Souvent, cela se traduit par des rêves étranges, explique Violaine Dasseville. Ça va s'exprimer par des monstres, par des martiens qui débarquent. S'ils peuvent l'exprimer sur une feuille de papier, déjà, ils sont moins aux prises avec cette angoisse-là.

Peinture d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kenza et Sami, sept ans et trois ans et demi, Montréal. Ils ont peinturé une bataille entre les forces arc-en-ciel et le coronavirus, sous forme d'un monstre.

Photo : Kenza et Sami

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chloé, 3 ans, Toronto. Elle a dessiné un virus.

Photo : Chloé

Elle explique que les parents peuvent aider leur enfant à se sentir plus en contrôle en suggérant des solutions comme de dessiner une cage autour d'un monstre ou de verser une potion sur de petits virus.

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Olivia, 6 ans, Rockwood. Elle a dessiné un visage souriant pour l'école et un visage en pleurs pour la COVID-19.

Photo : Olivia

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Florence, quatre ans et demi, Toronto. Elle se dessine en train de jouer à la cachette à la maison avec sa sœur et sa licorne. Elle pense toutefois à ses amis, qu'elle ne peut pas voir à cause du virus.

Photo : Florence

Le dessin permet aussi aux enfants de mieux conceptualiser la situation, selon Nancy Doyon.

Comprendre les règles sanitaires, comprendre ce qu'est le virus, comprendre les impacts sociaux. Ça le rend plus concret que quand on leur explique juste avec des mots.

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel, 8 ans, Toronto. Il a fait une affiche qui rappelle les directives à suivre durant le confinement.

Photo : Daniel

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ella, 5 ans, Toronto. Elle a dessiné un portrait du premier ministre Justin Trudeau.

Photo : Ella

Les dessins d'arcs-en-ciel aident aussi les enfants à mieux vivre le confinement, d'après Nancy Doyon.

C'est une façon de connecter avec des gens qu'ils ne voient pas. Quand on se promène dans les rues et qu'on voit des arcs-en-ciel dans les fenêtres et qu'on sait que c'est partout dans le monde, notre enfant a conscience de contribuer à ça. Il fait partie d'un mouvement et il connecte avec les enfants de la planète.

Dessin d'enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ade-Jérôme et Léo-Femi, 3 ans et 1 an, Toronto. Il s'agit d'un dessin effectué pour saluer les enfants de la garderie Le Petit Chaperon Rouge.

Photo : Ade-Jérôme et Léo-Femi

Un arc-en-ciel dessiné par un enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Eve, 7 ans, Toronto

Photo : Eve

Trois peintures sur le thème des arcs-en-ciel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Romy, 10 ans, Hearst

Photo : Romy

Les deux spécialistes affirment que l'art est aussi un excellent moyen pour les parents d'ouvrir la discussion avec leur enfant.

Le dessin installe un dialogue en transition entre le monde des adultes et celui des enfants, explique Violaine Dasseville.

Collage fait par un enfant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sohen, trois ans et demi. Le garçon a représenté le virus. Selon ses parents, il pose beaucoup de questions sur le coronavirus.

Photo : Sohen

Oeuvre de pâte à modeler sur une assiette de carton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lea, 5 ans, Toronto. Lea a utilisé la pâte à modeler pour illustrer une partie de soccer entre elle et son frère.

Photo : Lea

Elles encouragent les parents à inviter leurs enfants à s'exprimer.

Ce que je recommande aux parents, c'est d'initier des moments de créativité, soit à travers le dessin, la peinture, le bricolage, la pâte à modeler. Mais idéalement, de ne pas trop être directif, de ne pas trop demander à l'enfant quoi dessiner, dit Nancy Doyon.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ruben, 7 ans, Toronto. Ruben veut devenir architecte et il aime dessiner les villes et leurs infrastructures.

Photo : Ruben

Violaine Dasseville abonde dans le même sens. Le dessin, c'est aussi un espace de liberté pour les enfants, un espace de création, un espace où ils peuvent avoir du plaisir.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Danika, 9 ans, LaSalle. Elle a dessiné une fillette qu'elle a entourée de cœurs et exposée à sa fenêtre.

Photo : Danika

Elle rappelle aussi que ce ne sont pas tous les enfants qui aiment dessiner.

À partir de trois ans, les enfants utilisent beaucoup le dessin pour s'exprimer. Mais il n'y a pas que le dessin, ça peut être des jeux de figurines, ça peut être des Lego. Il y a plusieurs modalités.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Honoré-Zana, quatre ans et demi, Toronto. Il a représenté un oiseau avec de la pâte à modeler et d'autres matériaux.

Photo : Honoré-Zana

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis, 10 ans, Toronto. Il s'agit d'une copie d'un tableau qui se trouve en arrière-plan d'une peinture de Van Gogh. Louis a fait ce dessin pour un projet d'art dramatique.

Photo : Louis

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yazan, 2 ans, Toronto. Selon sa mère, le bambin illustre son envie de sortir jouer et marcher dans la nature.

Photo : Yazan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !