•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de la librairie Olivieri après 35 ans d’existence

Le reportage de Nabi-Alexandre Chartier

Photo : Facebook

Radio-Canada

Le Groupe Renaud-Bray a annoncé la fermeture de la librairie Olivieri, qui existait depuis plus de 35 ans dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal. L’entreprise soutient que cette librairie pourrait n'être que la première victime dans l’industrie du livre, durement touchée par la pandémie.

La fermeture temporaire de la librairie et du bistro, comme celles de toutes les autres librairies et des commerces en réaction à la pandémie de la COVID-19, a sonné le glas de cet établissement.

Dans le communiqué, le Groupe Renaud-Bray explique que les prêts proposés par le gouvernement, qui doivent être remboursés, ne constituent pas une réelle solution pour les détaillants québécois.

Renaud-Bray soutient aussi que le groupe n’est pas à l’abri, et sollicite de l’aide gouvernementale supplémentaire. Avec 40 % des ventes de livres au détail dans tout le Québec, on pourrait penser que Renaud-Bray n’a rien à craindre de la crise actuelle, mais sans aide gouvernementale additionnelle à l’industrie québécoise du livre, Olivieri pourrait ne pas être la seule victime de cette crise, peut-on lire dans le communiqué.

Un lieu culturel d'importance depuis 35 ans

Fondée par Rina Olivieri et Yvon Lachance, la librairie Olivieri était un incontournable dans ce quartier montréalais et avait été acquise par le Groupe Renaud-Bray en 2016, après sa faillite alors qu'elle croulait sous des dettes de presque 1 million de dollars. « Ça créera un énorme vide dans la vie culturelle de Côte-des-Neiges et de Montréal, mais aussi dans le quotidien de beaucoup d’habitués qui la fréquentaient depuis 35 ans », ont déclaré Rina Olivieri et Yvon Lachance par voie de communiqué.

Les deux libraires ont aussi écrit un long message sur la page Facebook de la librairie : « Aujourd’hui, nous avons une pensée toute particulière pour notre première cohorte de clients, intellectuels, écrivains, artistes, grands lecteurs qui ont cru en nous dès le début et que nous côtoyions encore il n’y a pas si longtemps. Plusieurs sont aujourd’hui parmi les premières victimes de cette pandémie, reclus plus que les autres, confinés à tenter d’échapper à cette maladie. Bon courage. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts