•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-dg de la FFCB poursuit l'organisme, alléguant un climat de travail « toxique »

La Fédération des francophones « réfute énergiquement » les allégations contenues dans le recours lancé par Louis Moubarak.

Louis Moubarak sourit à la caméra.

Louis Moubarak a occupé le poste de directeur général de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique de juin 2019 à mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Daniel Beauparlant

L’ancien directeur général de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Louis Moubarak, intente une action en justice contre la FFCB et la présidente du conseil d’administration, Padminee Chundunsing, alléguant que son départ, en mars, constituait un « congédiement », et que le climat de travail à la FFCB était « toxique ».

Dans un avis de réclamation déposé en Cour suprême de la Colombie-Britannique le 9 avril, M. Moubarak parle d’une culture organisationnelle impliquant de l’intimidation, du harcèlement psychologique et des abus de pouvoir, et parle d’un environnement de travail toxique.

[Padminee Chundunsing] a abusé de sa position à la FFCB pour propager des faussetés dans l’organisation à propos [de M. Moubarak] et de sa performance, avec l’intention de détruire sa réputation, en ralliant les autres employés contre lui et en le forçant à démissionner de son poste ou en le congédiant, affirme le document.

Selon le recours en justice, M. Moubarak a perdu son poste de directeur général le 6 mars, moins d’un an après son entrée en fonction, en juin 2019.

Le conseil d’administration n’a pas pris à la légère la décision de remercier M. Moubarak, explique la vice-présidente du conseil d'administration (C.A.) de la FFCB, Marie-Nicole Dubois, dans une réponse écrite adressée à Radio-Canada dans laquelle elle s'exprime au nom du C.A.

Le conseil d’administration de la Fédération réfute énergiquement les accusations portées contre elle et sa présidente par son ancien directeur et regrette profondément d'en être arrivé là, poursuit-elle. La Fédération est fortement en désaccord avec la caractérisation du climat de travail au sein de notre organisation comme toxique, ainsi qu’avec les allégations de harcèlement et d’intimidation.

Autres allégations

M. Moubarak allègue aussi que la présidente du conseil d’administration de la FFCB a tenté de l’intimider afin de le contraindre à signer une déclaration qui énonçait frauduleusement le revenu versé par la FFCB à [Mme Chundunsing], dans le but de l’aider à obtenir un prêt hypothécaire pour une résidence privée.

Nous réfutons absolument la question de la fraude concernant le prêt hypothécaire, dont la présence dans cette poursuite nous semble incongrue, rétorque Mme Dubois.

Louis Moubarak demande réparation, notamment pour rupture de contrat et renvoi sans juste cause, ainsi que pour diffamation et violation du droit à la vie privée de la part de Padminee Chundunsing, lors d’une entrevue qu’elle a accordée à l’émission de radio Boulevard du Pacifique quelques jours après la fin du contrat de M. Moubarak.

Elle y expliquait notamment que la FFCB avait tenté de travailler avec lui, sans succès, ce qui avait mené à la décision de le remercier. Ce n'est pas sur un coup de tête que le conseil d'administration a pris cette décision, avait-elle déclaré.

Aucune des allégations contenues dans la poursuite n’a été prouvée en cour. Contacté par Radio-Canada, Louis Moubarak n’a pas voulu ajouter de détails, suivant les recommandations de son avocat.

Le conseil d'administration de la FFCB évalue actuellement, avec ses avocats, de quelle manière répondre à cette action en justice.

Padminee Chundunsing, la Présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique, marche dans une rue de Vancouver.

Padminee Chundunsing est présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique depuis juin 2015.

Photo : Radio-Canada

Tensions depuis l'automne

En janvier dernier, Radio-Canada a pris connaissance de tensions au sein de l’équipe de la FFCB. Padminee Chundunsing, en entrevue, avait assuré que la fédération se [portait] bien.

Avec toute nouvelle direction générale qui arrive, il y a une période d’adaptation [tant] pour la direction générale que pour les employés, avait-elle alors affirmé. C’est vrai que chaque personne arrive avec une nouvelle façon de [gérer], et je pense que les deux côtés doivent apprendre à se connaître.

Padminee Chundunsing avait ajouté que le conseil d’administration avait embauché une intervenante de l’extérieur pour organiser des activités de renforcement d’équipe.

Pas de réaction de la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada, dont la FFCB est membre, ne souhaite pas commenter la situation. Il s'agit d'un enjeu interne de ressources humaines, indique le directeur des communications, Serge Quinty.

La FFCB, de son côté, assure que le travail continue, malgré le départ de son directeur général. Un appel de candidatures a été lancé pour pourvoir le poste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Procès et poursuites