•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des masques périmés depuis 11 ans qui craquent sur le visage des infirmières

L'Hôpital général du Lakeshore a distribué à son personnel des masques N95 à l'élastique asséché, fabriqués en 2006 et périmés depuis 2009.

Gros plan sur un masque de protection N95.

Les masques N95 manquent encore dans plusieurs établissements de santé.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Des infirmières et des médecins de l'Hôpital général du Lakeshore se plaignent de ne pas avoir été informés que les masques qu'on leur a distribués la semaine dernière étaient périmés depuis longtemps. Le personnel de l’établissement situé à Pointe-Claire signale plusieurs incidents de masques qui tombent durant des interventions, entre autres à l'urgence.

« C'est arrivé fréquemment que les élastiques brisent », raconte Johanne Riendeau, présidente de la FIQ–Syndicat des professionnelles en soins de santé de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal.

« Les N95 doivent être très étanches pour éviter les microgouttelettes. Alors c'était super dangereux que le masque tombe en plein traitement, parce que ça faisait que le personnel n'avait pas de protection du tout. »

— Une citation de  Johanne Riendeau, présidente de la FIQ–Syndicat des professionnelles en soins de santé de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal.

Signe que l'approvisionnement en matériel de protection est encore difficile dans les établissements de santé, seulement des N95 périmés étaient disponibles à Lakeshore durant trois à quatre jours, avant qu'une commande de nouveaux masques arrive cette fin de semaine à la demande expresse du syndicat.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal confirme que des masques périmés ont été utilisés. « Le CIUSSS comprend l'inquiétude des employés concernant leur sécurité sur les lieux de travail », écrit dans un courriel le porte-parole, Julien Nepveu-Villeneuve.

Utiliser des masques périmés, mais à certaines conditions

L'Hôpital général du Lakeshore de Pointe-Claire vu de face.

L'Hôpital général du Lakeshore de Pointe-Claire

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Le CIUSSS affirme avoir agi dans le respect des consignes des autorités de la santé publique.

« Santé Canada a émis une directive réitérant que les respirateurs N95 périmés demeuraient efficaces pour protéger le personnel de soin. »

— Une citation de  Julien Nepveu-Villeneuve, porte-parole du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal

Des recommandations spéciales de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) données le 31 mars permettent l'utilisation de masques périmés, à condition d'inspecter préalablement les sangles élastiques et les ponts de nez.

L'INSPQ se réfère aux analyses réalisées par les autorités américaines de la santé. Le National Personal Protective Assessment Laboratory a testé l'efficacité de 11 modèles de masques N95, de 5 à 13 ans après leur fabrication.

Or, les masques utilisés à Lakeshore avaient été fabriqués il y a 14 ans. Aux États-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) indiquent qu'il est important d’informer les utilisateurs de ces masques qu’ils sont périmés afin qu'ils puissent les inspecter avant utilisation.

Par ailleurs, les autorités américaines recommandent de ne pas utiliser les masques N95 périmés pour effectuer des interventions chirurgicales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !