•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux entreprises estriennes fabriqueront jusqu’à 400 000 visières par semaine

Vincent Houle et Olivier Lacombe portent chacun une visière.

Vincent Houle, président de M.I. Intégration (à gauche) et Olivier Lacombe, président d’eLab Extrusion.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

Les entreprises eLab Extrusion et M.I. INTÉGRATION, respectivement implantées à Magog et à Sherbrooke, ont décidé de s’unir afin de développer et fabriquer des visières de protection. Avec un déconfinement progressif qui se profile à l’horizon, les deux compagnies mettent les bouchées doubles afin de pouvoir en fabriquer jusqu’à 400 000 par semaine.

Depuis qu’on parle de la relance économique, il y a des demandes qui fusent de toutes parts, lance d’emblée Vincent Houle, président de M.I. Intégration.

L’entreprise sherbrookoise opère principalement dans le secteur automobile; un secteur qui a été fortement touché depuis le début de la pandémie. En développant ce produit-là, j’ai pu garder des employés actifs dans l'ingénierie et le développement de produits, se réjouit Vincent Houle.

Avec la mise en place de ce projet, l’entreprise a rappelé une dizaine de ses employés. Ça va augmenter jusqu’à 30 personnes environ d’ici la mi-mai, étant donné qu’on augmente la capacité, souligne-t-il.

Élargir au-delà du système de la santé

Alors que le marché initial des deux entreprises se limitait aux métiers de première ligne dans la lutte contre la COVID-19, elles ont dû élargir leurs horizons avec le déconfinement progressif qui se dessine.

En plus de la santé, les visières pourront être utilisées dans divers milieux professionnels, notamment la construction ou encore les coiffeurs, fait savoir Olivier Lacombe, président d’eLab Extrusion.

Une nouvelle visière adaptée aux casques des travailleurs de la construction est d’ailleurs en cours d’élaboration. Elle s’adaptera à 95 % des casques de construction qu’on retrouve sur le marché, précise Vincent Houle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !