•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Distanciation sociale : dénoncer ses voisins ou pas?

Une dame surveille ses voisins par la fenêtre.

Bien que « normale », la surveillance de son entourage en temps de crise n'est pas sans conséquences, affirment des experts.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

L’augmentation des appels de dénonciation de personnes ne respectant pas les mesures de distanciation sociale visant à freiner la COVID-19 « n’est pas surprenante », disent des experts, qui notent toutefois que ce comportement n’est pas « sans conséquences socials ».

Alexandra Chauran se promenait avec ses deux enfants dans le quartier résidentiel de Port Moody, en Colombie-Britannique, lorsqu'un groupe d'environ 10 adultes et enfants a attiré leur attention.

Non seulement ils étaient dans un parc interdit au public en raison de la pandémie, mais ils ne respectaient pas les consignes de se tenir à 2 mètres les uns des autres, raconte la mère de famille.

J'étais consternée et effrayée. Il est vraiment important que la communauté se serre les coudes.

Une citation de :Alexandra Chauran

Mme Chauran aurait voulu s'adresser au groupe directement, mais ayant survécu à un cancer et étant asthmatique, elle ne voulait pas courir de risques. Elle est plutôt rentrée chez elle et a appelé la police.

Des gens marchent au soleil sur une plage de Vancouver.

Les mesures de distanciation sociale ne sont pas toujours respectées.

Photo : The Canadian Press / JONATHAN HAYWARD

« Le sens de la justice »

En avril, près de 2800 personnes ont contacté la Ville de Vancouver pour porter plainte. Elles dénonçaient des voisins qui ne semblaient pas respecter les mesures de distanciation ou qui ignoraient la fermeture de parcs et d'autres installations municipales, ou encore pour demander à la Municipalité d'imposer des mesures plus strictes envers les contrevenants.

Les personnes qui aident à l'application des lois ne sont pas nées de la dernière pluie, disent les experts, notamment durant des périodes où les normes sociales sont embrouillées.

Ça apporte un sentiment de justice et d'équilibre, affirme Kate White, professeure de psychologie à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).

Cette forme de dénonciation sert à renforcer l'harmonie et la cohésion sociales, lorsque les normes sociales évoluent rapidement. Les gens veulent s'assurer que tout le monde respecte les nouveaux protocoles, dit-elle.

Or, le fait de cibler les gens qui nous entourent peut avoir des conséquences sur la cohésion sociale, croit pour sa part le professeur de sciences politiques à l'Université de Victoria Colin Bennett.

Veut-on vraiment vivre dans une société où tout le monde surveille les autres et rend compte de leur comportement?

Une citation de :Colin Bennett, professeur à l'Université de Victoria
Des gens marchent dans le quartier Downtown Eastside à Vancouver,

Les communautés marginalisées et les groupes minoritaires sont souvent pris pour cibles, selon Mme Bennett.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

De plus, ces délations tendent à avoir des répercussions négatives sur les groupes minoritaires, dit-il.

En effet, les recherches indiquent que les minorités visibles sont plus susceptibles d'être ciblées dans des situations semblables. Ça alimente une structure existante de relations de pouvoir dans notre société, selon M. Bennett.

La solution serait donc d'agir avec compassion et de considérer que tout le monde vit cette pandémie en ayant des besoins et des situations différentes, fait valoir Martin Schulz, sociologue à l'UCB.

Or, ceux qui bafouent les règles ne sont peut-être pas pleinement conscients de l'évolution rapide des règles et des restrictions, rappelle M. Schulz. Les gouvernements doivent donc mieux transmettre des informations aux différents groupes de personnes, conclut-il.

Avec les informations de Maryse Zeidler

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !