•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Des confidences sur le bonheur par des aînés

    Le cinéaste et réalisateur Fernand Dansereau assis à côté d'une horloge.

    Plusieurs aînés ont au fil du temps confié leurs secrets du bonheur dans la vieillesse à travers des reportages de Radio-Canada.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    La vieillesse est-elle nécessairement un naufrage, comme l’affirmait le général de Gaulle? Dans ces reportages qui proviennent de nos archives, des aînés nous confirment que ce n’est pas obligatoirement le cas. Que le bonheur peut toujours exister.

    Les confidences de Marguerite

    Je prends autant de plaisir à tout. Je pense que c’est ça le secret de mon bonheur.

    Marguerite Lescop, 1996

    Le Point, 6 novembre 1996

    Le 6 novembre 1996, l’émission Le Point présente un portrait de Marguerite Lescop (Nouvelle fenêtre) réalisé par sa fille Kateri Lescop.

    Octogénaire, Marguerite Lescop est devenue une célébrité en publiant son autobiographie en 1996.

    Le tour de ma vie en 80 ans s’est vendu comme des petits pains chauds et a obtenu le Prix du grand public du Salon du livre de Montréal la même année.

    Marguerite Lescop a par la suite poursuivi son travail d’écriture.

    Elle a publié trois ouvrages : En effeuillant la Marguerite, Les épîtres de Marguerite et Nous les vieux, en collaboration avec le père Benoît Lacroix, qui connaîtront beaucoup de succès.

    Elle a aussi donné des conférences un peu partout au Québec pour partager sa recette du bonheur lorsqu’on avance en âge.

    Elle est décédée à l’âge de 104 ans en avril 2020 des suites de la COVID-19.

    Les confidences de Fernand…

    Moi, quand je suis arrivé autour de 65-70 ans, tout à coup j’ai eu l’idée que je débarquais, comme Christophe Colomb, dans un nouveau continent qui était la vieillesse, pis qu’il fallait que j’explore.

    Fernand Dansereau, 2015

    Fernand Dansereau est né en 1928 à Montréal.

    Il s’est consacré au cinéma et à divers aspects de la production télévisuelle notamment à la Société Radio-Canada.

    Il s’est aussi beaucoup intéressé à la vieillesse.

    En 2006, il réalise le film La brunante.

    Ce film raconte la rencontre de Madeleine, atteinte de la maladie d’Alzheimer, et de Zoé, et le voyage qui les mène jusqu’à Percé en Gaspésie.

    En 2012, le cinéaste présente un documentaire intitulé Le vieil âge et le rire.

    Suivront en 2017 et en 2019 L’érotisme et le vieil âge et Le vieil âge et l’espérance qui traitent du sujet tabou de la sexualité chez les aînés et du déclin du corps.

    Second regard, 27 décembre 2015

    Le 27 décembre 2015, l’émission Second regard diffuse un reportage préparé par l’animateur Alain Crevier et le réalisateur Denis Roberge et qui nous livre certaines réflexions de Fernand Dansereau sur la vieillesse.

    À 86 ans, l’homme ne semble jamais s’arrêter.

    Il enseigne, il échange avec les nouvelles générations, il acquiert des outils et il vérifie la pertinence de ses connaissances.

    Fernand Dansereau reconnaît que son corps décline, que la colère lui monte au nez et que quelquefois ça le déprime.

    Il combat ce dernier sentiment en réussissant chaque jour un acte de création.

    Pas besoin que cela soit une œuvre artistique.

    Entrer en relation et assister quelqu’un ramènent la joie.

    Fernand Dansereau nous confie que le fait de bien vieillir aide à ce que ses sept enfants puissent développer une attitude positive sur leur propre vieillesse.

    Voilà, estime-t-il, une contribution importante au soir de sa vie.

    Les confidences de Micheline et de Louise

    Second regard, 29 juillet 2018

    Micheline Trottier et Louise Reeves habitent dans une résidence pour aînés.

    Le 29 juillet 2018, le journaliste-réalisateur Éric Le Reste nous les présente dans un reportage diffusé à l’émission Second regard.

    Une partie des confidences de Micheline et de Louise se dévoile dans le contexte d’une balade organisée par Vélo en ville.

    Alexandrine Thériault conduit le véhicule triporteur.

    Pendant une heure, elle discute en pédalant avec les deux retraitées qui lui parlent de leurs vies, de leurs amours et qui lui prodiguent des conseils.

    Ces balades récréotouristiques organisées par Vélo en ville dans quelques villes du Québec visent à briser l’isolement des aînés.

    Elles développent également un échange intergénérationnel qui profite autant aux plus vieux qu’aux plus jeunes.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Art de vivre