•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maisons de soins palliatifs demandent de l'aide de Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux employées dans leur espace de travail près d'un long corridor

Employées à la Maison René-Verrier soins palliatifs et fin de vie

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Les 35 maisons de soins palliatifs du Québec craignent le pire pour leur santé financière.

Elles exhortent Québec à les aider davantage dans la crise actuelle au bénéfice des 4000 patients qui meurent chaque année dans leurs établissements.

Au moment où nombre d'entreprises se demandent comment elles pourront survivre à la crise actuelle, l'Alliance des maisons de soins palliatifs se dit contrainte de lancer ce cri du cœur au gouvernement.

Le ministère finance à raison d'environ 26 millions en subvention les 35 maisons en soins palliatifs qui doivent aller chercher ensuite elles-mêmes 25 à 30 millions de dollars annuellement dans la générosité et la philanthropie des Québécois, mais actuellement, on ne sait pas comment on va finir notre année, exprime Marie-Julie Tschiember, directrice générale de la Maison René-Verrier, à Drummondville, et présidente de l'Alliance.

La directrice de la Maison René-Verrier, à Drummondville, et présidente de l'Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec, Marie-Julie Tschiember. Elle est accompagnée de l'infirmière Ariane Banville.

La directrice de la Maison René-Verrier, à Drummondville, et présidente de l'Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec, Marie-Julie Tschiember. Elle est accompagnée de l'infirmière Ariane Banville.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Selon elle, Québec devrait notamment offrir les primes COVID-19 consenties aux employés du réseau de la santé aux travailleurs des maisons de soins palliatifs pour éviter qu'ils ne fassent défection vers le secteur public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !