•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise dans les foyers de soins ontariens : un bilan sous-évalué

La crise dans les foyers de soins de longue durée ontariens est probablement pire qu'annoncé en raison du faible taux de dépistage de la COVID-19.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une employée d'une résidence de soins de longue durée pousse un patient assis sur une chaise roulante. Les deux personnes sont masquées.

Le gouvernement de l'Ontario a publié un nouveau décret d'urgence pour augmenter les effectifs disponibles dans les résidences de soins de longue durée.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

L'Ontario recense sa plus faible augmentation du nombre de cas de COVID-19 en deux semaines. Mais la crise dans les foyers de soins de longue durée de la province continue toutefois de s'aggraver.

Plus de 167 éclosions sont enregistrées dans ces résidences pour aînés. Et le plus inquiétant, selon des experts, c'est que la situation est probablement pire que ce que dépeignent les chiffres officiels, puisque l'Ontario n'a pas un portrait clair de la situation.

En effet, l’Ontario demeure la province ayant le plus faible taux de dépistage de la COVID-19.

Pour pallier ces difficultés, des renforts au personnel de santé de ces établissements ont été déployés : 250 militaires sont ainsi venus prêter main-forte dans cinq centres du Grand Toronto.

Mais selon Shelia Marie Allen, employée d’une résidence ontarienne, la province n’en fait pas assez et devrait enquêter en profondeur pour déterminer les besoins réels dans les foyers d'éclosions.

Des données incomplètes

La santé publique ontarienne rapporte des cas de COVID-19 dans 167 foyers de soins de longue durée. Près de 460 personnes y seraient mortes de la maladie.

Des données incomplètes et publiées en retard, selon la Coalition ontarienne pour la santé, selon qui la crise est ainsi sous-évaluée.

Il y a quelque chose qui cloche dans les chiffres communiqués par les autorités sanitaires ontariennes, croit la directrice de Coalition ontarienne pour la santé, Natalie Mehda.

Ce groupe de pression a mené sa propre enquête auprès des 35 instances locales de santé publique en Ontario. Il aurait découvert au moins 1000 cas d'infection de plus.

On en revient encore à des carences dans le dépistage en Ontario. La proportion des décès dans les résidences comparativement à l'ensemble des morts causés par la COVID-19 est semblable au Québec et en Ontario, à plus de 60 %.

Dr Nathan Stall, spécialiste en gériatrie, hôpital Mount Sinaï

Le médecin soutient notamment qu'à peine 20 % des résidents et employés de centres de soins de longue durée ont été testés. Selon le Dr Nathan Stall, plusieurs décès n'ont pas été classés comme étant reliés à la COVID-19 en raison du manque de tests.

Nous avons déjà du mal à répondre à cette crise et nous avons probablement encore le double des foyers d’infection à affronter, redoute le Dr Nathan Stall.

Tous les résidents dorénavant testés

Il faudra donc s'attendre à une hausse des décès compilés en Ontario, puisque tous les résidents et employés des foyers seront dorénavant testés.

On commence à faire ce qu'on réclamait depuis des semaines, déclare la directrice de Coalition ontarienne pour la santé, Natalie Mehda.

La crise risque donc de s'intensifier à court terme en Ontario, selon ces experts. Les employés des centres de soins de longue durée pourraient avoir besoin de renforts supplémentaires.

Avec les informations de Philippe LeBlanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !