•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pêcheurs du Manitoba réclament un nouvel accord avec le fédéral

Un pêcheur tient un brochet dans ses mains.

Un brochet.

Photo : Associated Press / Daniel Miller

Radio-Canada

Un groupe de pêcheurs commerciaux au Manitoba dit qu’un nouveau fonds pour stabiliser le secteur canadien de la transformation du poisson et des fruits de mer ne règle pas le vrai problème auquel font face les pêcheurs en ce temps de pandémie : la chute de la demande de poisson.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé samedi une enveloppe de 62,5 millions de dollars pour venir en aide aux transformateurs de poisson et de fruits de mer.

Ces derniers pourront notamment acheter de l’équipement de protection pour leurs employés ou des réfrigérateurs pour entreposer leurs produits, a noté le premier ministre.

Dans un entretien à la suite de l’annonce de M. Trudeau, le président du groupe de pression Pioneer Commercial Fishers of Manitoba, Einar Sveinson, a souligné que la situation de la province des Prairies est différente à celle des provinces et territoires côtiers.

Tous nos congélateurs débordent de brochet, mais les ventes ont chuté de 98 %. Avec le carême et tout le reste de ce qui se passe en ce moment, toutes les ventes ont été annulées, explique-t-il, ajoutant que les transformateurs de poisson n’acceptent pas le brochet actuellement.

Le président réclame un accord qui verrait le gouvernement fédéral payer les pêcheurs commerciaux 2 $ la livre jusqu’au maximum des prises auxquels ils ont droit.

En échange, les pêcheurs ne récolteraient pas de brochet pendant un an, question d’écouler les stocks congelés et permettre la remise à niveau du poisson dans les lacs.

Sans cet accord, Einar Sveinson dit qu’il y aura d’importantes répercussions négatives sur le marché manitobain pendant au moins trois ou quatre ans.

Avec les informations de Dana Hatherly

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Industrie des pêches