•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le perlage virtuel : trouver l'espoir de fil en aiguille

Une dizaine d'oeuvres de perlage autochtone ornent une table.

Un nouveau cercle de perlage virtuel, fondé à Edmonton, aide déjà à briser l'isolement.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Pour réunir les artistes, le perlage autochtone a transcendé les époques. Aujourd'hui, il fait face à cette pandémie de l'ère moderne. Les artistes continuent de sortir aiguilles, perles et ficelles, mais cette fois-ci, la rencontre se fait de façon virtuelle.

L'artiste perleuse métisse d'Edmonton Krista Leddy savait qu'elle devait tisser un lien entre les artistes confinés chez eux.

Beaucoup d'artistes de perlage se sentaient déconnectés ou manquaient d'interactions, raconte-t-elle. Plusieurs ont suggéré de lancer un cercle de perlage en ligne, et c'est ce que j'ai fait.

Nous vivons un moment qui fait très peur. Nous sommes si concentrés sur la survie que nous oublions de voir les belles choses, ou de fabriquer de belles choses.

Krista Leddy, artiste perleuse

Avec ce nouveau groupe en ligne, les artistes ont déjà formé un réseau soudé.

Nous discutons parfois de choses tristes, mais nous rions plus que tout, dit Krista Leddy.

Des rires, il y en a à la pose de chaque perle. Puis, une ou deux plus tard, des larmes se versent. Des histoires sont racontées. Des techniques sont échangées.

Tout ça est le reflet d'un savoir-faire ancestral qui résiste à l'épreuve du temps, dit une participante, Jessica Sanderson-Barry.

Jessica est assise à une table de pique-nique, et elle regarde ses oeuvres.

Le perlage permet à Jessica Sanderson-Barry de gagner de l'argent supplémentaire. Il est important pour elle de rester productive, puisqu'elle compte vendre ses oeuvres prochainement.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Elle décrit l'esprit de famille qui règne dans le cercle.

J'ai l'impression d'être entourée de mes cousines et de mes tantes. C'est un lien familial, une sorte de Wahkohtowin, soit de bâtir de bonnes relations.

Jessica Sanderson-Barry

Un art rassembleur

Cette forme d'art unit les Autochtones depuis longtemps, et surtout les femmes. Le perlage est d'ailleurs ce qui a fait naître l'amitié entre Krista Leddy et Jessica Sanderson-Barry.

On remarque la profondeur de leur amitié en peu de temps. Lorsqu'elles se sont retrouvées dans un parc pour discuter de leur passion, elles ne s'étaient pas vues en chair et en os depuis un certain temps. Pour remplacer l'accolade, elles échangent des fous rires, puis des regards admiratifs devant leurs plus récentes oeuvres.

Krista et Jessica sont assises à une table de pique-nique, séparées de quelques mètres.

Krista Leddy et Jessica Sanderson-Barry disent que le cercle de perlage en ligne réunit des gens de partout au monde.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Avant la pandémie, les deux femmes se réunissaient fréquemment avec d'autres amis pour faire du perlage dans les aires de restauration de centres commerciaux. Depuis quelques semaines, elles se rencontrent chaque samedi à travers leurs écrans avec une douzaine d'artistes.

Nos ancêtres avaient d'assez bonnes idées. Comme celle de s'asseoir ensemble et de partager, lance Krista Leddy, le sourire en coin.

Un collier perlé et touffeté.

Une oeuvre de Jessica Sanderson-Barry, artiste perleuse et entrepreneure.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

D'une perle à l'autre vers des jours meilleurs

Le perlage est un art lent sur une planète qui prend moins son temps. Ce rythme effréné, désormais mis de côté, a servi de piqûre de rappel, d'après Jessica Sanderson-Barry.

Avant tout ça, le monde bougeait si vite. C'est comme si nous nous étions tous réveillés en même temps pour dire : ''Ralentissons'', lance-t-elle.

Au ralenti, on devient parfois plus perspicace, selon les deux perleuses. Ce nouveau contexte permet à ces maîtresses de la patience de remplacer plumes et claviers pour documenter la réalité avec des billes.

Krista Leddy est sur le point de terminer un masque décoratif qui représente deux mésanges en pleine prise de bec.

Un perlage montrant deux mésanges, face à face.

Les mésanges sont de petits oiseaux au comportement agressif.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Mon masque représente l'accumulation de biens. Nous nous disputons pour du papier de toilette et de la levure, alors qu'il y en aurait assez si on choisissait de partager.

Krista Leddy

C'est grâce à l'encouragement d'artistes perleuses, comme Krista Leddy, que Jessica Sanderson-Barry a elle aussi ficelé beaucoup de ses derniers projets. Ses créations perlées sont moins fructueuses quand elle est seule à les faire, raconte l'artiste.

Des oeuvres perlées et touffetées, étendues sur une peau en cuir.

Le perlage et le touffetage de poil d'orignal sont les techniques préférées de Jessica Sanderson-Barry.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Elle rêve déjà de journées plus ensoleillées où elle pourra les vendre dans les marchés d'Edmonton.

Cette situation est malheureuse, mais j'ai espoir que ça va aller, dit Jessica Sanderson-Barry. Nous passerons à travers ce moment ensemble.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !