•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins intensifs : la deuxième vague de COVID-19 pourrait tester les limites du système

Un ambulancier à l'hôpital Sacré-Coeur

Si les scénarios moins optimistes se réalisent, les hôpitaux du pays pourraient manquer de lits en soins intensifs.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Le Canada n'aurait actuellement pas assez de lits dans ses unités de soins intensifs (USI) si une deuxième vague de la COVID-19 avait la même ampleur que ce que viennent de vivre la France et l’Italie. C'est ce qui ressort des informations recueillies par Radio-Canada auprès des provinces et du gouvernement fédéral. Les provinces et Ottawa se lancent donc dans une course pour augmenter leur nombre de lits de soins intensifs.

Des annexes temporaires d’hôpitaux construites dans les stationnements, des unités de soins intensifs (USI) qui triplent leur nombre de lits, des cliniques mobiles prêtes à traiter les trop-pleins de patients atteints de la COVID-19, les préparatifs pour une deuxième vague du virus vont bon train, alors même que les provinces entament leur plan de déconfinement.

L’Agence de santé publique du Canada (ASPC) projette que si l’épidémie est maîtrisée, de 2,5 % à 10 % des gens pourraient être infectés par la COVID-19.

Cela signifie que dans le pire scénario parmi les trois présentés dans le graphique ci-dessus, jusqu’à 92 000 Canadiens au total pourraient se retrouver aux soins intensifs à un moment ou à un autre de la pandémie. Or, selon les données recueillies par Radio-Canada, le pays ne compte que 3000 lits de soins intensifs en temps normal, avec une capacité d’augmenter à près de 6000 lits en temps de crise.

Une personne malade reste aux soins intensifs de sept à huit jours, en moyenne.

Bien sûr, tout le monde ne tomberait pas malade en même temps, dit une urgentologue d’un hôpital montréalais. Et l’impact dans les grands centres urbains serait différent de celui en région.

En date de dimanche dernier, au Canada, 564 patients atteints de la COVID-19 sont aux soins intensifs. Si l’épidémie s’aggravait et que 10 % des Canadiens étaient touchés, jusqu'à 10 fois plus de malades auraient besoin de ces soins, ce qui exercerait une très forte pression sur le système de santé.

Le danger de la deuxième vague

Si certains espèrent que le pire de l’épidémie est passé, les dirigeants des hôpitaux du pays ne baissent pas leur garde pour autant.

Quand les gens vont recommencer à bouger et à se promener, est-ce qu’une deuxième vague pourrait nous frapper? Pourrait-elle être pire que la première?, se demande le pneumologue et chef des soins intensifs du CHUM, Jean-François Lizé.

On reste sur le qui-vive. On ne crie pas victoire du tout. On se prépare à ce que ça pourrait devenir pire. On verra si une deuxième vague se profile ou pas.

Jean-François Lizé

Les mesures de confinement ne visent pas à empêcher les gens de tomber malades, mais de ralentir le rythme de progression de la maladie. Avec le déconfinement, un plus grand nombre de personnes seront infectées, et une petite proportion d’entre elles seront gravement malades.

On ne veut pas faire peur au monde. Mais on veut aussi qu’ils soient conscients du danger potentiel qu’une deuxième vague peut représenter.

Une responsable de la santé publique ontarienne

D’où l’importance de se préparer au pire, selon une urgentologue de la région de Montréal.

Ça démontre qu’il faut avoir les ressources en place dans les soins intensifs avant de choisir la méthode et la rapidité du déconfinement, ajoute cette dernière.

Hôpitaux dans les stationnements

À Burlington, en Ontario, l’hôpital Joseph Brant se prépare à un afflux de patients atteints de la COVID-19 en construisant un site extérieur temporaire dans son stationnement. Cette unité d’intervention en cas de pandémie permettra à l’hôpital de conserver nos lits de soins intensifs pour nos patients les plus malades, indique le Dr Ian Preyra, le directeur du personnel.

L’hôpital de Verdun a construit une annexe « chauffée, climatisée et ventilée » de 36 lits, avec pharmacie et poste d’infirmières, une première unité temporaire de la COVID-19 au Québec. D’autres unités temporaires du genre ont été approuvées ailleurs au pays, et devraient être construites bientôt, confie M. Cloutier, de Soins Santé CAN, qui regroupe les hôpitaux de recherche au Canada.

De plus, le gouvernement fédéral disposera bientôt de 10 unités mobiles de soins pour venir en aide aux provinces, indique la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand. Des contrats ont été signés avec SNC-Lavalin, PAE inc. et Weatherhaven Global Resources.

Ces unités mobiles sont axées sur les soins respiratoires et offerts à l’échelle nationale pour traiter un trop-plein de patients atteints de COVID-19 dans un milieu hospitalier, si nécessaire.

Anita Anand, ministre des Services publics et de l'Approvisionnement

Tripler les lits de soins intensifs

Plusieurs centres hospitaliers du pays sont donc en pleine course pour augmenter leur capacité d’accueillir des patients gravement malades. Le CHUM de Montréal s’est fait demander par Québec de tripler son nombre de lits de soins intensifs.

Doubler sa capacité, c’est possible. La tripler? Ce n’est pas impossible. Mais que le défi devient plus important. C’est là que ça compte.

Jean-François Lizé, chef des soins intensifs au CHUM

D’abord, explique-t-il, c’est une question de lieu physique. Prendre des lits ordinaires et les transformer pour des soins intensifs demande un achat d’équipement, de lits, de tube de succion et de moniteurs. Or, ce genre d’équipement est parfois en rupture de stock.

Ensuite, c’est une question de bras. Il faut former tout un contingent de travailleurs de la santé. C’est plus facile pour les employés qui offrent déjà des soins intermédiaires. Mais le personnel d’étage est moins habitué, donc rehausser leurs connaissances est un défi beaucoup plus ardu pour tripler le nombre de lits des USI.

En France, au Brésil, en Espagne et en Italie, les soins intensifs ont été débordés au plus fort de la crise. Dans la région italienne de Lombardie, l'achalandage dans les USI a monté en flèche, à 400 %-500 % en quelques jours, rappelle le Dr Lizé.

À un moment donné, on frappe les limites du système. À ces niveaux-là, c’est ce qui nous guette.

Jean-François Lizé

Système fragile

On n’est pas loin de notre capacité maximum, raconte Jean-François Lizé, du CHUM. On n’est pas plein, on a encore de la place, mais on survit. C’est le cas dans plusieurs hôpitaux du pays, surtout ceux situés dans les grandes villes.

Si le nombre de patients devait monter en flèche lors d’une deuxième vague, les soins intensifs pourraient rapidement être débordés, estime Paul-Émile Cloutier, le PDG de Soins Santé CAN.

On ne sait pas combien de patients on va avoir. Mais selon moi, il y a un manque de planification et de vision à bien saisir la crise potentielle

Paul-Émile Cloutier

La gravité d’une deuxième vague post-déconfinement est impossible à prévoir. La deuxième vague de la grippe espagnole de 1918 a été plus mortelle que la première. Celle du SRAS, en 2003, a rapidement été circonscrite.

La population se sent très inquiète de savoir que le système de santé lui-même est très fragile en ce moment, croit M. Cloutier. Il y a des risques que les malades ne puissent pas recevoir tous les soins dont ils ont besoin.

Si je l’ai [la COVID-19], est-ce que je vais être capable d’avoir tous les soins nécessaires pour régler ma situation? Les gens se posent la question, s'interroge-t-il.

Le défi, reconnaît le Dr Lizé, c’est d’assurer la qualité des soins. Si l’équipement et le personnel ne sont pas à la hauteur, on devient moins efficient, il y a moins d’automatismes.

Ça crée une certaine anxiété dans la population, et c’est normal. Mais mon message c’est : inquiétez-vous pas, on est là pour vous soigner, pour le moment, ça va bien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !