•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les étudiants s'inquiètent de leur avenir sur le marché du travail

Une jeune femme portant des lunettes

La Franco-Manitobaine Danèle Déquier craint que le montant offert par le fédéral aux étudiants universitaires ne soit insuffisant pour payer ses études.

Photo : Danèle Déquier

Radio-Canada

Malgré des promesses de millions de dollars des gouvernements pour aider les employeurs à embaucher des étudiants cet été, de jeunes Manitobains s’inquiètent de leurs perspectives pendant qu’ils s’évertuent à trouver un emploi en temps de pandémie.

Originaire de Sainte-Anne, une ville dortoir au sud-est de Winnipeg, Danèle Déquier poursuit ses études de baccalauréat à l’Université de Moncton. La jeune femme revient chaque été dans son Manitoba natal pour travailler comme serveuse.

Habituellement, je travaille seulement pendant l’été, puis ensuite j’ai assez d’argent pour le restant de l’année scolaire. Ça me permet de ne pas travailler pendant que j’étudie à plein temps, explique Mme Déquier. Mais il faudra revoir [mon plan] avec tout ce qui se passe.

Les restaurants étant tous fermés, la Franco-Manitobaine dit avoir fait des demandes à plusieurs autres endroits, notamment auprès de Jeunesse Canada au travail, mais en vain.

Il y a certains postes [affichés chez Jeunesse Canada au travail] qui sont annoncés, mais pour lesquelles on n’embauche pas nécessairement. J’ai reçu des courriels me remerciant d’avoir postulé, mais me disant qu’on avait décidé de [supprimer] le poste, regrette-t-elle.

Un double investissement

Vendredi, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a annoncé un nouveau plan d’aide pour encourager les entreprises manitobaines à embaucher des étudiants cet été.

Doté de 120 millions de dollars, le programme doit permettre aux employeurs d'embaucher jusqu'à cinq étudiants, âgés de 15 à 29 ans, avec 5000 $ de subvention maximum par personne, pour une période allant du 1er mai au 4 septembre.

À Ottawa, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a annoncé mercredi une série de mesures de soutien évaluées à 9 milliards de dollars pour les étudiants postsecondaires du pays.

La principale mesure de ce plan d’aide est une version de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) destinée spécifiquement aux étudiants et qui totalisera 1250 $ par mois par étudiant, de mai à août.

Si elle n’arrive pas à se trouver un emploi, Danèle Déquier affirme qu’elle fera demande auprès du gouvernement fédéral pour la PCU destinée aux étudiants postsecondaires.

C’est mieux que rien, mais ce sera moins de ce que j’aurais gagné dans un été si j’avais eu un emploi

Danèle Déquier

D’autres étudiants, comme Joyce Clark, n’arrivent pas à se dénicher un placement ou un emploi dans leur domaine.

Mme Clark devait terminer son stage final cet été dans un restaurant ou un hôtel pour son programme d’hôtellerie et de restauration au Red River College, mais elle peine à se trouver un lieu de stage, puisque la plupart des entreprises de son industrie sont soit fermées ou elles ont réduit leurs heures et leur offre de services.

Actuellement, la majorité des endroits qui embauchent, ce sont les épiceries et les dépanneurs, regrette-t-elle. Mais je viens de faire deux ans d’études. Je voulais vraiment trouver un emploi où je pouvais utiliser les connaissances et les compétences que j’ai développées.

La Winnipégoise affirme que son école a remis la date d’échéance pour compléter son stage à décembre. Entre temps, elle se cherche un poste dans l’industrie hôtelière afin de joindre les deux bouts et éviter de faire demande pour la subvention gouvernementale.

Il y aura une compétition féroce pour voir qui arrivera à dénicher un emploi, parce qu’il y aura tellement d’étudiants en lice.

Même si les entreprises rouvrent bientôt leurs portes, je ne sais pas si on pourra accommoder le nombre d’étudiants qui auront besoin de travail, s’inquiète-t-elle.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !