•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada met en garde contre la chloroquine et l'hydroxychloroquine

Des caisse de comprimés d'hydroxychloroquine.

L’hydroxychloroquine est souvent présentée comme un traitement à la COVID-19.

Photo : Getty Images / Yuri Cortez

Radio-Canada

À l’instar de la FDA américaine, Santé Canada a diffusé samedi soir un avertissement dissuadant l’usage de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine pour « prévenir ou traiter » la COVID-19.

L’organisme canadien rappelle d’emblée que ces deux médicaments peuvent entraîner de graves effets secondaires, notamment de graves troubles du rythme cardiaque.

La chloroquine et de l’hydroxychloroquine peuvent dans certains cas entraîner la mort, particulièrement dans le cas des enfants. Ces deux médicaments peuvent également provoquer des dommages au foie et aux reins, une baisse du taux de sucre dans le sang (hypoglycémie) et des troubles du système nerveux.

Santé Canada s'inquiète du fait que certaines personnes pourraient acheter directement de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sans ordonnance et les utiliser pour prévenir ou traiter la COVID-19, explique l’organisme. Ces deux médicaments se sont retrouvés au cœur de l’actualité après des essais en France et leur approbation répétée par le président américain Donald Trump.

Or, comme le rappelait vendredi le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), rien ne démontre que l'hydroxychloroquine et la chloroquine sont des options sécuritaires et efficaces pour soigner ou prévenir la COVID-19.

Santé Canada n'a autorisé aucun médicament qui permet de prévenir, de traiter ou de guérir la COVID-19 et a mis en garde les Canadiens contre les produits de santé assortis d'allégations fausses ou trompeuses, indique l’agence fédérale canadienne dans son communiqué diffusé samedi soir.

Santé Canada invite les personnes voulant tester ces médicaments à participer à des essais cliniques autorisés par l’agence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé