•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Hydro-Manitoba demande un assouplissement d'exigences environnementales

L'édifice d'Hydro-Manitoba au centre-ville de Winnipeg.

L'édifice d'Hydro-Manitoba au centre-ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Darren Bernhardt

Radio-Canada

Hydro-Manitoba demande au gouvernement provincial d’assouplir certaines de ses exigences environnementales pendant la pandémie de COVID-19.

La société d’État veut que les autorités environnementales provinciales approuvent certains changements de ses exigences [...] en ce qui concerne des éléments à faible risque de certains projets [...] en raison de la COVID-19, déclare le ministère de la Conservation et du Climat dans un communiqué.

La province n’a pas signalé quels projets seraient affectés ni fourni des détails sur les modifications proposées au travail environnemental.

Hydro-Manitoba est en train de revoir ce qu’elle décrit comme étant de la surveillance environnementale non critique prévue dans un proche avenir, selon un communiqué du porte-parole de la société d’État, Bruce Owen.

Cette révision comprend un examen de la décision d’aller de l’avant avec le suivi des habitats d’oiseaux le long du tracé de la ligne de transmissions Bipole III.

La pandémie pose certaines difficultés logistiques en ce qui a trait aux restrictions de voyage, à la distanciation physique et au nombre limité de logements dans les régions reculées, particulièrement dans le Nord du Manitoba, dit M. Owen.

Toutefois, Hydro-Manitoba est exempte des restrictions empêchant les déplacements dans le nord de la province.

En outre, le travail environnemental est considéré comme un service essentiel pendant la pandémie, selon l’ordonnance de santé publique émise par le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Brent Roussin.

M. Owen affirme qu’Hydro-Manitoba est consciente que les services environnementaux sont considérés comme étant essentiels.

Nous avons estimé nécessaire de passer en revue nos activités et voir quels changements pourraient être apportés pour mieux protéger la santé et la sécurité de notre personnel, de nos consultants et du public, atteste-t-il.

Le ministre provincial des services de la Couronne, Jeff Wharton, refuse de dire si Hydro-Manitoba continuera ou non son travail environnemental en temps de pandémie.

À l’échelle du Manitoba, la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement n’a rien d’habituel, a souligné le ministre Wharton lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes jeudi.

Le moment idéal

Normalement, la surveillance des habitats d’oiseau se fait durant l’époque des migrations du printemps, car ce travail est moins fructueux à d’autres moments de l’année, y compris en été, avise Jim Duncan, biologiste provincial à la retraite.

Une année de données manquantes ne détruirait pas des études à long terme sur les oiseaux se trouvant le long du Bipole III, mais ça dégraderait quand même la qualité de l’ensemble de données, surtout en ce qui concerne les espèces rares, dit M. Duncan.

On n’a même pas besoin d’envoyer des gens sur le terrain pour surveiller les habitats d’oiseaux, ajoute-t-il. Des unités d’enregistrement automatiques peuvent capter leurs chants.

Le ministère de la Conservation et du Climat confirme qu’il examine actuellement la demande d’Hydro-Manitoba.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !