•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de couples considèrent une naissance à la maison, notent des sages-femmes

Ventre de femme enceinte.

Certains couples, qui avaient prévu un accouchement à l'hôpital, se tournent maintenant vers un accouchement à la maison en raison de la pandémie de COVID-19.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des sages-femmes de l’Alberta constatent que plus de couples optent pour une naissance à la maison depuis que la pandémie de COVID-19 a commencé.

C’est le cas de Jane Hugo et son mari Daniel. Le couple qui attendait son premier enfant avait choisi une naissance en milieu aquatique dans un hôpital d’Edmonton.

Quand les hôpitaux de la province ont commencé à restreindre les visiteurs pendant les accouchements et même parfois cesser d’en faire en raison de la pandémie de COVID-19, le couple a décidé de changer ses plans.

C’est ainsi que son garçon est né, à la maison, mardi soir.

La sage-femme qui a accompagné le couple lors de la naissance, Olanrewaju Mebude dit que 80% de ses clients qui prévoyaient une naissance dans un hôpital ont changé leurs plans et planifient maintenant une naissance à la maison.

Selon elle, les futurs parents craignent d’être exposés au coronavirus et préoccupés par les restrictions qui empêchent plus d’un visiteur d’être présent dans la salle d’accouchement des hôpitaux.

Elle remarque également une hausse de l’intérêt pour les services des sages-femmes.

La présidente de l’Association des sages-femmes de l’Alberta Chelsea Miklos indique pour sa part qu’il est trop tôt pour savoir comment la pandémie de COVID-19 influence les plans de naissance et la demande pour les services de sages-femmes. 

Elle souligne toutefois que les crises sanitaires à travers le temps ont été liées à une augmentation du nombre d'accouchements à domicile.

Chelsea Miklos mentionne une étude réalisée en 2006 où il a été constaté que plus de femmes ont voulu éviter d’accoucher à l’hôpital pendant l’épidémie de SRAS en 2003.

Selon le guide des services de santé de l’Alberta sur la grossesse et la COVID-19, rien n’indique que les femmes enceintes courent un plus grand risque de complications liées à la maladie ou que le virus pourrait être transmis à un bébé pendant la grossesse, l'accouchement ou le lait maternel.

Chelsea Miklos confirme que son association travaille en étroite collaboration avec Service de santé Alberta et le collège des sages-femmes de l’Alberta pour s’assurer que les sages-femmes ont accès à de l’équipement de protection individuelle pendant la pandémie.

Avec les informations de Stephanie Dubois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !