•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ralentissement marqué du nombre de nouveaux cas de COVID-19

Une personne portant des gants prépare des éprouvettes pour des tests de dépistage.

Plus de 10 000 tests ont été effectués en Ontario, pour la quatrième journée consécutive.

Photo : Associated Press / John Minchillo

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario estime que certaines données statistiques enregistrées ces derniers jours « vont dans la bonne direction », alors que 476 contaminations supplémentaires ont été enregistrées samedi.

Il s'agit de la plus faible hausse quotidienne enregistrée depuis le 13 avril dans la province, au lendemain d'un nouveau record d'infections détectées (680).

Tout en notant que ce ralentissement ne révèle que la situation d'une journée, le Dr David Williams a mis en avant lors d'un point presse samedi que la transmission communautaire semble être contenue. Nous en saurons plus au cours des prochains jours, a-t-il prévenu.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef Ontario, arrive à une conférence de presse.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Un marqueur important, selon lui, est le taux de positivité aux tests de dépistage. De près de 13 % dans les premiers jours d'avril, ce taux a baissé continuellement depuis, jusqu'à atteindre 5 % samedi.

« C'est une baisse significative, c'est très encourageant. »

— Une citation de  Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Près de la moitié des nouveaux cas de la journée proviennent des résidences de soins de longue durée, ce qui d'un côté signifie que la transmission de personne à personne dans la population générale ralentit, et de l'autre demande à ce que l'attention se dirige plus vers les maisons de retraite.

Le personnel hospitalier appelé en renfort dans les résidences pour aînés

Le gouvernement de l'Ontario va permettre aux établissements de santé, dont les hôpitaux, de réaffecter temporairement leurs employés pour prêter main-forte aux foyers de soins de longue durée.

Les nouveaux décrets publiés samedi permettront de redéployer le personnel médical là où le besoin se fait sentir afin de limiter la propagation de la COVID-19 dans les centres de soins de longue durée.

Une employée d'une résidence de soins de longue durée pousse un patient assis sur une chaise roulante. Les deux personnes sont masquées.

Le gouvernement de l'Ontario a publié un nouveau décret d'urgence pour augmenter les effectifs disponibles dans les résidences de soins de longue durée.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Selon le dernier bilan provincial, 162 foyers de soins de longue durée sont aux prises avec des éclosions. Il s'agit de 19 éclosions de plus que la veille. Rappelons qu’une éclosion est déclarée lorsqu’au moins un cas est confirmé dans un établissement.

Le ministère des Soins de longue durée rapporte 625 décès au sein de ces centres.

Quelque 2455 résidents et 1120 employés ont été déclarés positifs depuis le début de l'épidémie en Ontario.

Nos foyers de soins de longue durée sont gravement menacés par ce virus mortel, déclare le premier ministre Doug Ford dans un communiqué.

C'est pourquoi nous renforçons continuellement le bouclier sanitaire que nous avons levé afin de protéger les résidents et les travailleurs des foyers, qui courent des risques élevés.

Le décret d'urgence offre également aux employeurs la possibilité de réaffecter du personnel à des tâches essentielles afin de renforcer les mesures de soutien et de protection offertes aux personnes sourdes et aveugles.

Les militaires en soutien

Ces nouveaux décrets surviennent quelques jours après que l'Ontario eut demandé l'aide de l'armée pour lutter contre la propagation de la COVID-19 dans les résidences de soins de longue durée.

Un premier convoi de véhicules militaires est ainsi arrivé vendredi après-midi à la Villa Orchard, à Pickering.

Radio-Canada a appris que l'Ontario devra payer au fédéral le coût de cette mobilisation des forces militaires.

Le gouvernement qui demande de l'aide rembourse généralement les frais engagés [par Ottawa] pour fournir cette aide, a statué dans un courriel le bureau de la solliciteure générale, Sylvia Jones.

Voici la liste complète des foyers qui reçoivent de l'aide :

  • Villa Orchard, 40 décès, 104 résidents infectés, 59 parmi le personnel
  • Centre de soins d'Eatonville, 37 décès, 143 cas
  • Centre de soins communautaire d'Altamont, 31 décès de résidents et un membre du personnel, 96 cas chez les résidents, cinq cas dans le personnel
  • Hawthorne Place, 9 décès, 47 cas
  • Holland Christian Homes Grace Manor, 2 décès, 49 résidents contaminés, 21 parmi le personnel

Par ailleurs, un inspecteur évaluera chaque semaine et pendant deux mois les conditions sanitaires dans lesquelles travaillent les personnels des centres de soins d'Eatonville, d'Altamont et d'Anson, selon un jugement de la Commission des relations de travail de l'Ontario vendredi.

Le syndicat SEIU Healthcare, qui représente les travailleurs des établissements de soins de longue durée, avait porté plainte contre ces foyers, notamment pour des insuffisances récurrentes d'équipements de protection individuelle.

Plus de 800 décès en Ontario

Santé publique Ontario dénombre 811 décès liés au nouveau coronavirus dans son plus récent bilan établi samedi, soit 49 de plus que la veille.

Les données plus récentes compilées par CBC/Radio-Canada, elles, font état de 901 morts dans la province. Celles-ci sont recueillies auprès des différents bureau de santé publique de la province en plus des centres de soins de longue durée.

Plus de 900 personnes sont hospitalisées. Près de 200 ont été placées sous assistance respiratoire.

L'Ontario compte désormais tout près de 14 000 cas de COVID-19. Plus de 7500 personnes sont guéries.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !