•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en garde d'Hydro-Québec contre des appels téléphoniques frauduleux

Le logo d'Hydro-Québec au sommet de son siège social, à Montréal.

Hydro-Québec précise que la manoeuvre frauduleuse vise à obtenir des informations personnelles.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Hydro-Québec met en garde ses abonnés contre des appels téléphoniques frauduleux.

Le stratagème dénoncé est celui où une personne, qui prétend travailler pour la société d'État, demande à son interlocuteur au téléphone de payer sa facture immédiatement, sans quoi le service d'électricité sera interrompu.

Dans un communiqué de presse diffusé samedi matin, Hydro-Québec rappelle qu'elle a suspendu les interruptions de service pour non-paiement et l'application de frais de retard sur les factures impayées en ces temps de pandémie de la COVID-19.

C'est d'ailleurs le premier ministre François Legault qui en avait fait l'annonce lors d'un de ses points de presse, dans un contexte où des milliers de personnes ont été mises à pied et éprouvent des difficultés financières.

Sur son site web, Hydro-Québec précise que la manœuvre frauduleuse vise à obtenir des informations personnelles, comme le numéro de carte de crédit des victimes.

Il est donc bon de savoir qu'Hydro-Québec n'accepte pas les paiements par carte de crédit et ne vous demandera jamais de lui transmettre un numéro de carte de crédit.

De fausses offres d'emplois présentées comme émanant d'Hydro-Québec ou de l'une de ses filiales, comme Hydro-Québec International, circulent également. Dans ces cas, les fraudeurs réclament de l'argent pour l'ouverture et l'étude du dossier des candidats.

Il s'agit encore là d'une escroquerie qui vise à obtenir de précieux renseignements personnels pour les fraudeurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !