•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libre-échange : l'ACEUM entrera en vigueur le 1er juillet

Les drapeaux des États-Unis, du Mexique et du Canada, placés côte à côte.

Les trois pays ont officiellement approuvé le nouvel accord de libre-échange.

Photo : AFP

Agence France-Presse

Le nouvel accord commercial liant États-Unis, Mexique et Canada (ACEUM), longuement négocié par les trois parties, entrera en vigueur le 1er juillet, a annoncé vendredi l'administration de Donald Trump.

Après une ultime notification au Congrès américain, les États-Unis ont officiellement adopté cet accord, permettant ainsi de mettre fin à un processus qui avait commencé dès l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, qui voulait absolument remplacer le précédent partenariat connu sous le nom d'ALENA.

L'entrée en vigueur de l'ACEUM marque le début d'un nouveau chapitre historique pour le commerce nord-américain en soutenant un commerce plus équilibré et réciproque, en menant à des échanges plus libres, à un commerce plus équitable et à une croissance économique robuste en Amérique du Nord, souligne le communiqué des services du représentant au Commerce de l'administration américaine.

La crise et la reprise après la pandémie de COVID-19 démontrent que maintenant, plus que jamais, les États-Unis doivent s'efforcer d'augmenter la capacité de fabrication et les investissements en Amérique du Nord, a commenté Robert Lighthizer dans le document. Le nouveau traité commercial est à cet égard une étape majeure.

L'accord avait été ratifié par le Mexique le 10 décembre, promulgué par le président américain Donald Trump le 29 janvier et adopté par le parlement canadien le 13 mars.

L'ACEUM, qui lie près de 500 millions de personnes, est une version modernisée du traité de libre-échange nord-américain (ALENA), conclu en 1994 et longtemps décrié par l'hôte actuel de la Maison-Blanche.

Donald Trump avait imposé la renégociation de l'ALENA à ses partenaires en août 2017, au motif qu'il s'agissait du pire accord commercial de l'histoire des États-Unis.

À l'issue d'un marathon de tractations, l'ACEUM avait été signé par les trois pays concernés, dans sa version initiale, à la fin de novembre 2018, en marge du G20 à Buenos Aires.

Mais les démocrates américains, majoritaires à la Chambre des représentants, avaient rejeté le texte, exigeant des amendements pour obtenir de Mexico des garanties sur sa réforme sociale sur l'emploi.

Préparation d'un plan nord-américain de redémarrage de l'industrie automobile

Le Mexique, les États-Unis et le Canada préparent un plan pour faire redémarrer l'industrie automobile, un secteur vital pour le pays latino-américain, qui est à l'arrêt en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé vendredi le gouvernement mexicain.

Les autorités des trois pays comptent établir des critères, des lignes directrices, des protocoles et des conditions qui doivent être respectés pour permettre et réussir la transition vers la réouverture des activités productives de l'industrie automobile, détaille le communiqué de Mexico, qui met l'accent sur la protection de la santé.

Le Mexique est un des plus gros exportateurs mondiaux d'automobiles, avec sur son territoire des usines de groupes comme Ford, Volkswagen ou Audi.

Le secteur automobile a joué un rôle essentiel dans les discussions tenues par le Mexique, les États-Unis et le Canada pour mettre à jour l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accords commerciaux

Économie