•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Jérôme sort timidement de son confinement

Une femme court en promenant son chien dans un parc.

Vendredi, beaucoup de citoyens de Saint-Jérôme ont profité du beau temps et de la réouverture des parcs pour prendre l'air.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Fermés depuis le 2 avril, les parcs et les pistes cyclables de la ville de Saint-Jérôme ont rouvert vendredi. Le maire, Stéphane Maher, croit qu'il est grand temps de passer à la prochaine étape et de sortir petit à petit du confinement.

Ils sont des dizaines à avoir enfourché leur vélo, enfilé leurs patins à roulettes et remis leurs chaussures de sport pour profiter des sentiers du parc-nature du lac Saint-Jérôme, vendredi. Certains sont venus avec leurs enfants, les amoureux se tiennent tendrement la main, et d'autres profitent du beau temps pour pique-niquer. Mais pas à plus de quatre personnes. Et toujours en essayant de respecter au mieux la distanciation physique.

Pas de masques ni de gants pour une énorme majorité d'entre eux. Mais un sentiment de liberté et de soulagement se devinait sur les visages, manteaux sur le dos et tuques bien enfoncées sur la tête.

Depuis le matin, tous les parcs et les pistes cyclables de la ville sont rouverts. Un soulagement pour tous ceux qui commençaient à sentir le poids du confinement peser chaque jour un peu plus sur leurs épaules.

C'est une très bonne nouvelle pour nous sortir du quotidien de ces derniers temps, lâche Alexandre, un père de famille.

Il était temps. Les mesures prises ont été extrêmes pour mettre une population dans un black out total, avec des risques imminents de faillites et des réalités humaines épouvantables, lance de son côté Josée.

Selon elle, la décision du maire n'est pas prématurée. Il faut arrêter de traiter le peuple comme des écoliers. J'ai l'impression qu'on nous infantilise beaucoup, ajoute-t-elle.

Peu de cas, peu de morts

Si le maire Stéphane Maher a pris cette décision, c'est parce que sa ville n'est que très peu touchée par la pandémie. Il assure que sur les 80 000 citoyens qu'elle compte, 120 malades de la COVID-19 et 2 morts ont été dénombrés. Il estime que la mairie a fait un excellent travail d'information auprès de la population, notamment grâce à des capsules vidéos et des publications sur les réseaux sociaux.

Mais il était temps, selon M. Maher. Temps de faire confiance à la population qui, selon le maire, a très bien intégré les différentes mesures à adopter. À l'entendre, il semblerait que sa ville soit d'ailleurs la première du Grand Montréal à assouplir les règles.

Plan rapproché de Stéphane Maher devant le drapeau de Saint-Jérôme.

Stéphane Maher, le maire de Saint-Jérôme, fait confiance à ses citoyens pour continuer de respecter les règles.

Photo : Radio-Canada / Hugo Lavoie

C'est une décision extrêmement réfléchie [...] mais ce n'est pas un déconfinement général. Les parcs publics, c'est le meilleur endroit pour commencer un léger déconfinement, explique-t-il.

Je pense qu'on avait atteint un point de non-retour au niveau du confinement. Quand le message devient plus important que le besoin, il est peut-être temps de faire un pas en arrière.

Une citation de :Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme

Pour s'assurer que les règles sont encore respectées malgré ces petits assouplissements, le maire explique que des patrouilles de police arpenteront tout de même toujours les rues de la ville, prêts à informer les citoyens plutôt que de les punir.

Le maire estime par ailleurs que le confinement total d'une ville n'est pas forcément la bonne solution. Ce déconfinement progressif devrait lui permettre de juger du comportement de la population et d'ajuster sa stratégie, si nécessaire.

Pour les semaines à venir, M. Maher souhaiterait même la réouverture des bars, des restaurants et de tous les commerces. Avec l'annonce du premier ministre concernant la réouverture des écoles, on arrive à un point de non-retour, alors pourquoi ne pas rouvrir les bars, les restaurants, les commerces?, lance-t-il.

Toutefois, les grands rassemblements, les festivals et les spectacles ne sont pas près d'être de nouveau autorisés à Saint-Jérôme. Les aires sportives et de jeux restent quant à elles inaccessibles.

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !