•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ressources intermédiaires craignent un exode des travailleurs vers les CHSLD

« On dirait que, pour éteindre un feu, on en allume un ailleurs », s'indigne l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement.

Une dame âgée dans un couloir.

Une dame âgée dans un couloir.

Photo : Getty Images

L’appel du premier ministre du Québec pour recruter des travailleurs dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) fait craindre le pire aux gestionnaires des ressources intermédiaires, des résidences qui hébergent 16 000 personnes vulnérables.

Ça va être la désertion dans les ressources intermédiaires, s’indigne Johanne Pratte, directrice générale de l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec, qui craint un exode des préposés aux bénéficiaires vers les CHSLD.

Lors du point de presse de vendredi, François Legault a annoncé que ceux qui veulent prêter main-forte dans les CHSLD seront payés 21,28 $ de l’heure.

On est prêt à offrir ces salaires à toute personne qui veut venir travailler à temps plein, même si elle n'est pas qualifiée en santé, a dit le premier ministre. On a besoin de vous autres.

Les CHSLD, où les éclosions de coronavirus se sont multipliées, sont aux prises avec un manque criant de personnel.

Cette annonce consterne les responsables des ressources intermédiaires d'hébergement, dont les 14 000 employés gagnent en moyenne 18 $ de l’heure, en incluant la prime de 4 $ annoncée il y a trois semaines par le gouvernement.

On dirait qu’actuellement, pour éteindre un feu, on en allume un ailleurs. On tourne en rond, on n’y arrivera jamais.

Une citation de :Johanne Pratte, Association des ressources intermédiaires d'hébergement

Dans un cri du coeur au nom des 1000 membres de son association, Mme Pratte rappelle que la majorité des 16 000 personnes hébergées en ressources intermédiaires sont des personnes âgées.

On dirait qu’on attend qu’il y ait plein de morts dans les ressources intermédiaires pour dire : “On va s’en occuper" [...] Il y en a des cas positifs à la COVID-19. Il y a des gens qui sont décédés, dit-elle.

Les ressources intermédiaires sont des résidences qui accueillent des personnes âgées ayant un déficit d'autonomie ou des personnes qui présentent un problème de santé mentale, de toxicomanie, une déficience intellectuelle ou un handicap physique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !