•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment diriger un orchestre à distance, selon Yannick Nézet-Séguin

Yannick Nézet-Séguin dirige l'orchestre, le sourire aux lèvres.

Yannick Nézet-Séguin est celui qui dirigera l'orchestre du Met, samedi, lors du gala diffusé en ligne.

Photo : Les films Jad / Francois Goupil

Radio-Canada

C’est samedi qu’aura lieu le grand concert virtuel du Metropolitan Opera de New York, dirigé par le Québécois Yannick Nézet-Séguin. Plus d’une quarantaine de chanteurs et chanteuses, et de musiciens et musiciennes de 14 pays vont s’unir pour offrir quelques pièces au public confiné. Et si la mission n’est pas simple, le maestro montréalais croit avoir trouvé une manière de travailler à distance avec l’orchestre qui donne un résultat « phénoménal ».

Des segments préenregistrés

Le concert aura trois volets : des prestations en chanson, quatre pièces avec orchestre ainsi qu’une version au piano de la Méditation de Thaïs, jouée par Yannick Nézet-Séguin, depuis son appartement montréalais, en duo avec le premier violon du Met, David Chan, qui se trouve au New Jersey.

La pièce au piano a été enregistrée à l’avance. Même chose pour les quatre morceaux joués par l’orchestre, dont certains incluent le chœur.

Ça aurait été trop compliqué [de jouer en direct], et un risque qui n’aurait pas donné des résultats aussi bons. On aimait mieux préenregistrer pour pouvoir obtenir un beau résultat, a dit Yannick Nézet-Séguin en entrevue avec la chroniqueuse culturelle de Tout un matin, Eugénie Lépine-Blondeau.

L’équipe a tout de même cherché à rendre l’expérience plus personnelle. Le maestro explique que dans d’autres prestations préenregistrées diffusées récemment sur le web, les musiciens et musiciennes écoutaient une piste rythmique [click track], c’est-à-dire qu’ils et elles entendaient battre la mesure et jouaient en se fiant au son.

L'homme sourit alors qu'il tient une baguette de chef d'orchestre dans sa main.

Yannick Nézet-Séguin en répétition avec l'Orchestre métropolitain

Photo : Francois Goupil

Dans ce cas-ci, Yannick Nézet-Séguin s’est plutôt filmé en pleine action.

J’ai décidé que je ne voulais pas utiliser un click track, parce que ce n’est pas très musical. Ça rend les choses pas très humaines, naturelles. J’ai commencé par diriger une vidéo dans les airs, sans son. J’ai fait du air conducting, si on veut. J’ai envoyé ces vidéos à chacun dans leur maison, et l’orchestre et le chœur ont joué leur partie tout en me regardant diriger.

Au moment de faire l’entrevue, l’équipe en était à assembler chacune des pistes vidéo. Le résultat a beaucoup enthousiasmé le chef d’orchestre. J’ai entendu et vu des résultats, c’est phénoménal.

Il considère cette expérience comme la preuve de l'harmonieuse symbiose de l’orchestre et de son dirigeant.

C’est comme un témoignage : quand on se connaît, qu’on est un orchestre qui joue tout le temps ensemble, même à distance, on est capable de se sentir. Même si ça ne fait que deux ans que je suis leur directeur musical, ils connaissent assez mes gestes pour être capables de réagir dans leur salon, sans la présence physique. C’est très symbolique, a-t-il ajouté.

La liberté de chanter

Il n’y aura pas que des enregistrements lors du concert, promet Yannick Nézet-Séguin. Toutes les performances des chanteurs et chanteuses seront faites en direct, depuis leur demeure.

Les artistes ont d’ailleurs eu carte blanche pour leur choix de chanson, pour les remercier d'avoir eu « l’humilité et la générosité de participer à ce gala », a expliqué le chef d’orchestre.

Le résultat, c’est beaucoup d’airs très connus, des airs de Roussalka, de Carmen, de La bohème, mais aussi des choses un peu moins connues, comme du Meyerbeer, du Halévy qu’on entend rarement. Puis aussi, de façon occasionnelle, des sélections qui ne sont pas d’opéra : des mélodies qui sont plus intimes, qui sont plus de la tradition de chaque chanteur. Je pense que ça va faire un très beau mélange.

Le gala de samedi durera environ trois heures et sera diffusé sur le site Internet du Met à 13 h, HAE. Il pourra être vu en différé jusqu’à 18 h 30 le lendemain. Le public pourra faire un don directement sur le site web.

Le Met n’a pas donné de spectacle devant public depuis le 11 mars en raison de la pandémie de COVID-19. Le reste de la saison a été annulé.

La compagnie a cessé de payer son personnel syndiqué le 31 mars, ce qui inclut l’orchestre et le chœur, et a réduit le salaire du personnel administratif qui gagnait plus de 125 000 $ par an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts