•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la Colombie-Britannique songe à collecter des données liées à l'ethnicité

Un homme portant un masque marche dans une rue achalandée à Vancouver.

En Colombie-Britannique, les autorités sanitaires collectent pour le moment des informations démographiques détaillées sur les effets des bouleversements économiques sur la vie des gens, mais pas encore sur l'ethnicité.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

La Colombie-Britannique « discute activement » de la possibilité de compiler des données liées à l’ethnicité des personnes qui ont attrapé la COVID-19, selon la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry.

À l’heure actuelle, seule l'ethnicité des patients qui s'identifient comme autochtones est notée, comme c’est le cas pour toutes autres maladies transmissibles, rappelle la Dre Henry.

Aux États-Unis, où ces informations sont systématiquement compilées, il s’agit d’un « indicateur incroyablement important », reconnaît-elle.

Un homme portant un masque regarde son cellulaire en attendant l'autobus.

Dans certaines régions des États-Unis, les patients noirs et latinos sont beaucoup plus susceptibles de mourir de la maladie.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Au Canada, le gouvernement fédéral n’a aucune intention pour l’instant d’amasser les données liées à l’ethnicité des personnes atteintes de la maladie, qui a fait plus de 2300 morts au pays, a indiqué la médecin en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam.

Or, rien n'empêche les provinces et les municipalités de le faire.

La Ville de Toronto a annoncé mercredi qu’elle développe son propre système pour collecter des données sur la COVID-19, y compris des données sur l'ethnicité, et ce, même si le gouvernement provincial de l'Ontario a fait valoir que cela n’était pas une de ses priorités.

Dans certaines régions des États-Unis, les patients noirs et latinos sont beaucoup plus susceptibles de mourir de la maladie. À Chicago, par exemple, les résidents noirs représentent 70 % des personnes mortes des suites de la COVID-19, bien qu'ils ne représentent que 30 % de la population.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !