•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aide aux loyers des PME bien accueillie à Québec, mais non suffisante pour certains

Des chaises installées sur des tables dans un restaurant de Québec fermé en raison de la pandémie de COVID-19

L'aide au loyer pour les PME sera d'abord accordée sous forme de prêt conditionnel à ce qu'aucun locataire ne soit expulsé.

Photo : Radio-Canada

Carl Marchand
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'aide annoncée par Ottawa pour subventionner 75 % du coût des loyers des PME est reçue comme une bouffée d'air frais à Québec. Mais un restaurateur se demande comment il arrivera à respirer une fois les trois mois du programme écoulés.

Toute aide est bienvenue, toutefois, une hirondelle ne fait pas le printemps, lance Élie Dédes, propriétaire du restaurant La Pizz à Place Royale et de L'Épicurien sur l'avenue Maguire.

Le restaurateur indique que 80 % des revenus annuels de son établissement du Vieux-Québec sont réalisés d'avril à octobre.

Ça va nous tenir jusqu'en juin, mais pour moi, notre saison est morte au complet. Il faudrait nous aider réellement jusqu'en avril l'année prochaine, insiste-t-il.

Car malgré l'aide au loyer, Élie Dédes estime qu'il enregistrera des pertes d'environ 7000 $ chaque mois à son restaurant de Place Royale. Il croit cependant qu'il arrivera à rentabiliser son établissement du secteur Sainte-Foy.

« Ça va me faire faire un bond en arrière d'une quinzaine d'années. »

— Une citation de  Élie Dédes, propriétaire de deux restaurants à Québec

Des associations satisfaites

On a vraiment quelque chose qui correspond à nos attentes. On verra si c'est suffisant pour sauver l'ensemble de nos commerçants, croit Jean-Pierre-Bédard, directeur général de la Société de développement commercial Montcalm.

M. Bédard estime toutefois qu'à long terme, la survie des entreprises va dépendre de la reprise économique et de l'impact des mesures de distanciation sociale.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) s'est aussi dite satisfaite du programme, vendredi.

On est heureux de voir aussi que ce n'est pas juste un report de paiement du loyer, mais c'est vraiment un système qui à la fois comporte des prêts et une portion de subventions, lance Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales.

Or, le programme comporte bien des petits détails. Ce prêt sera conditionnel à ce qu'aucun locataire ne soit expulsé pour la durée de l'entente et il sera radié si le propriétaire accepte de baisser le loyer de l'entreprise locataire de 75 %.

On espère que la très grande majorité, l'ensemble des propriétaires vont embarquer dans le programme, espère M. Guénette.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !