•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus important événement multisport au pays sera virtuel cette année

De jeunes athlètes au Défi sportif Altergo

De jeunes athlètes au Défi sportif Altergo

Photo : Courtoisie Défi sportif Altergo

La plus importante compétition multisport au pays, le Défi sportif Altergo, aura lieu de façon virtuelle cette année, en raison de la pandémie. Près de 8000 athlètes d’une vingtaine de pays devaient y participer à Montréal avant que la COVID-19 ne vienne changer les plans.

Le Défi sportif rassemble habituellement des athlètes de niveaux scolaire, national et élite. Ils ont tous un point en commun, celui d’avoir une limitation fonctionnelle.

L'athlète Llana Dupont au Défi sportif Altergo

L'athlète Ilana Dupont au Défi sportif Altergo

Photo : Courtoisie Défi sportif Altergo

Événement d'envergure

Il s’agit d’un événement majeur dans le monde sportif. Il regroupe plus de deux fois le nombre d’athlètes qui participent aux Jeux olympiques et nécessite l’appui de 1300 bénévoles.

C'est une compétition qui est souvent obligatoire pour les athlètes qui veulent aller aux jeux paralympiques. Au Canada, il n'y a pas un autre événement multisport aussi gros, souligne un des porte-paroles du Défi sportif Altergo, Jean-Marie Lapointe.

Dans la version traditionnelle de l’événement, les athlètes s’affrontent dans une foule de disciplines sportives.

Clarence Dubuc, 11 ans de Québec, était inscrite à la course 50 mètres, au saut en longueur, au mini-marathon et au CrossFit, dans le volet scolaire.

J’aime ça. C’est l’fun, parce qu’il y a de l’action et moi j’aime l’action. C’est triste qu’il n’y ait pas les sports cette année, mais on n’a pas le choix, raconte la jeune athlète.

Clarence Dubuc et sa mère, Ysabelle Pouliot

Clarence Dubuc et sa mère, Ysabelle Pouliot

Photo : Radio-Canada

Sans épreuves

Il n’y aura pas d’épreuves sportives cette année, mais le Défi sportif va tout de même inciter les athlètes à bouger.

Vous connaissez l'application TikTok? On va lancer plein de défis TikTok à tout le monde, à tous les athlètes, tant ceux de la relève que l'élite. On va avoir aussi des périodes d'échauffement et encourager les gens à faire de l'activité physique tous les jours, mentionne Jean-Marie Lapointe.

Le porte-parole du Défi sportif Altergo, Jean-Marie Lapointe, en compagnie d'une jeune athlète de la région de Québec

Le porte-parole du Défi sportif Altergo, Jean-Marie Lapointe, en compagnie d'une jeune athlète de la région de Québec

Photo : Courtoisie Défi sportif Altergo

Ce sera également l’occasion d’entendre des athlètes inspirants partager leur expérience. Mercredi, par exemple, Jean-Marie Lapointe va présenter en direct un entretien avec Mélanie Labelle.

Du jour au lendemain, lors d'un entraînement de danse, elle est tombée et elle est devenue tétraplégique. Elle s'est relevée de ça et est devenue une athlète de haut niveau. C'est la seule femme membre de l'équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant, souligne Jean-Marie Lapointe.

Une jeune femme, assise dans son appartement, sourit lors d'une entrevue. Derrière elle, des vêtements sont empilés sur une table dans sa cuisine.

Mélanie Labelle est devenue tétraplégique après un accident lors d'une acrobatie de danse.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Cérémonie d'ouverture

Clarence Dubuc va participer à la cérémonie d’ouverture, qui aura lieu à 10 h, le 27 avril, sur la plateforme Zoom.

On va être des dizaines et des dizaines de personnes. On va parler à plein d'athlètes de partout au Québec et même à des gens de l'étranger qui vont se joindre à nous pour lancer l'édition virtuelle, annonce Jean-Marie Lapointe, qui coanimera la cérémonie avec l’ex-athlète paralympique Chantal Peticlerc et l’homme fort Hugo Girard.

La générale de jeudi a semblé bien se dérouler.

On a parlé chacun notre tour. On s’est dit ce qu’on allait faire et ce qu’on allait dire. Quand on voulait parler, on ouvrait notre micro et après on le fermait. Je vais dire salut à la gang de mon école, Madeleine-Bergeron, raconte Clarence Dubuc.

Pour les organisateurs, il était essentiel de tenir la 37e édition du Défi sportif, même si elle sera virtuelle.

Les jeunes, pour beaucoup d'entre eux, se font montrer du doigt à longueur d’année parce qu'ils sont handicapés. On leur rit dans la face, on les ignore, on les tasse de la société. Bien pendant une semaine, on en fait des héros. On leur fait sentir qu'ils sont uniques, importants et nécessaires, conclut avec émotion Jean-Marie Lapointe.

Les événements liés au Défi sportif virtuel seront tous accessibles sur le site Internet de l'événement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Activités sportives