•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 50 % des comptes tweetant à propos du coronavirus pourraient être des robots

Ils publient toutes sortes de fausses informations.

Une silhouette regarde un téléphone. Il y a plusieurs logos de Twitter en arrière-plan.

De fausses informations de toutes sortes sont publiées par ces comptes.

Photo : Getty Images / Leon Neal

Radio-Canada

Près de la moitié des comptes Twitter publiant des gazouillis au sujet de la COVID-19 ont des caractéristiques de comptes robots, selon une étude de l’Université Carnegie-Melon.

Plusieurs des comptes s’affairent à publier de fausses nouvelles ou de la désinformation au sujet de la pandémie. Les résultats du projet de recherche sont dévoilés alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifie la vague massive de désinformation concernant la COVID-19 d'« infodémie ».

Nous voyons que plusieurs comptes robots agissent d’une manière qui correspond aux narratives russes ou chinoises, a expliqué la professeure et membre de l’équipe de recherche de l’Université Carnegie-Mellojn, Kathleen Carley, en entrevue avec Vice.

Mme Carley et ses collègues ont analysé près de 67 millions de tweets traitant du coronavirus entre le 29 janvier et le 4 mars, et environ 4 millions de tweets par jour par la suite. Selon leurs observations, 45,5 % des auteurs de ces gazouillis avaient des caractéristiques de comptes robots telles que publier plus fréquemment qu’il ne serait humainement possible de le faire ou écrire à partir de plusieurs pays différents dans un court laps de temps.

Semer la méfiance

De fausses informations de toutes sortes, dont de faux remèdes, des informations erronées sur des caractéristiques du virus, des méthodes d’autodiagnostic et même de fausses nouvelles qui pourraient être perçues comme positives (on pense au retour des dauphins dans les canaux de Venise) émanent de ces comptes.

Le véritable objectif de ces campagnes de désinformation est de susciter la méfiance envers les institutions et l’écosystème en général. C’est beaucoup moins une question de choisir son camp que de semer des doutes envers les autorités, a expliqué à Vice le professeur de l’Université de Washington Jevin West.

Jeudi, les résultats préliminaires d’un projet de recherche de l’Université de Sherbrooke indiquaient qu’une plus grande méfiance envers les gouvernements est associée à un moins bon respect des consignes des autorités sanitaires, et que cette méfiance peut effectivement être alimentée par la désinformation et les conspirations.

Lutter contre les robots

Twitter a réagi à cette nouvelle en disant qu’il priorise la suppression de contenu lié à la COVID-19 qui inclut un appel à l’action qui pourrait causer des dommages.

Le réseau social a adopté une politique à cet effet le 18 mars et affirme avoir supprimé à ce jour plus de 2200 tweets. Ses systèmes automatisés sont d’ailleurs intervenus auprès de 3,4 millions de comptes qui avaient des comportements s’apparentant à ceux de robots dans des discussions liées à la COVID-19.

La responsable de la politique publique de Twitter Canada, Michelle Austin, a déclaré cette semaine qu’il était important pour son entreprise de faire preuve d’une extrême vigilance lorsqu’il est question de retirer de fausses informations.

Nous reconnaissons que les gens peuvent faire des erreurs. Nous mettrons un avertissement sur leur compte, nous freinerons la circulation du tweet et nous leur demanderons de le retirer. La plupart du temps, les gens n’essaient pas de partager [sciemment] de fausses informations.

Michelle Austin dit que Twitter est soucieux de ne pas dépasser les limites.

Nous tentons certainement de trouver le délicat équilibre entre la liberté d’expression, le droit à la dissidence lorsqu’il est question d’une idée, et nous faisons attention à ne pas nous positionner en tant qu’arbitres de la vérité, dit-elle. Mais nous avons une liste compréhensive de règlements à suivre et des mesures que nous mettons en place tous les jours en lien avec la COVID-19.

Avec les informations de CBC News, et Vice

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !