•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin contre la COVID-19 en 5 questions

Le professeur de microbiologie à l’Université de Saint-Boniface Mathias Oulé répond aux questions sur l'élaboration d'un vaccin contre le SRAS-CoV-2, qui est responsable de la COVID-19.

Une image de synthèse créée par Nexu Science Communication et le Trinity College de Dublin montrant un betacoronavirus comme celui causant la COVID-19.

La COVID-19 est une maladie infectieuse de la famille des coronavirus.

Photo : Reuters / Nexu Science Communication et le Trinity College

Radio-Canada

Partout dans le monde, la course à l’élaboration du vaccin contre le nouveau coronavirus est lancée. Elle peut toutefois s’avérer longue et compliquée.


1-Ce type de virus est-il un bon candidat pour mettre au point un vaccin?

Oui. On peut élaborer un vaccin en utilisant les antigènes [substance étrangère à l’organisme, capable de lui déclencher une réponse immunitaire, NDLR] qui appartiennent au virus ou bien en inactivant le virus.


2-Quelles sont les différentes étapes pour la mise au point d'un vaccin?

D’abord il faut connaître la maladie : ses symptômes, [l'agent] pathogène qui en est responsable, mais aussi les méthodes de diagnostic.

Ensuite, il faut s’intéresser à l’organisme du virus lui-même. Étudier son génome complet, déterminer son mode de reproduction, voir son mode de réplication aussi.

À ce moment-là, on peut arriver dans la phase préclinique, qui consiste à déterminer les antigènes du virus, et là, on peut se préparer à trouver une méthode pour inactiver le virus.

Lorsque tout cela se fait, on devra déterminer un animal dans lequel il provoque la maladie comme chez l’homme [pour des essais cliniques] et ensuite on préparera une petite dose qu’on essayera chez l’humain pour la phase clinique.


3-Combien de temps faudra-t-il pour le mettre au point?

Cela va nécessiter au moins 6 mois pour élaborer un vaccin crédible.


4-Est-il possible que le virus disparaisse avant que le vaccin ne soit prêt?

Cela va être un peu difficile. [...] On a eu des virus qui ont pu être contenus facilement, comme, en 2003, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou en 2012, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Mais ce nouveau coronavirus, même la façon dont il se propage, en fait, on ne le connaît pas vraiment.

C’est un nouveau virus, qui n’a pas encore donné tous ses secrets. On ne le connaît pas vraiment.

Mathias Oulé, professeur en microbiologie, Université de Saint-Boniface

Alors, dire qu’il va disparaître avant de trouver un vaccin, ça va être un peu compliqué. Je pense qu’on va arriver au vaccin avant, mais ce qui est sûr, c'est qu’on va ralentir la propagation du virus avant qu’il ne soit terminé.


5-Et si la pandémie se termine avant, faudrait-il quand même poursuivre la confection du vaccin?

Oui, je pense qu’il est toujours bon de continuer à élaborer un vaccin. On ne sait pas si ce virus va muter ou pas. Il nous faut trouver un vaccin qui va pouvoir réagir à toute forme de mutation du virus, pour être prêt à toute éventualité.

Avec les informations de Samuel Rancourt

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !