•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des PME du corridor de la route 11 s’inquiètent pour leur survie

Chargement de l’image

Bien des entreprises ont dû cesser ou réduire temporairement leurs activités en raison des directives de la Santé publique destinées à enrayer l'épidémie de la COVID-19, et certaines craignent pour leur avenir.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon un sondage mené du 6 au 14 avril par la Commission de formation du Nord-Est (CFNE), plus du quart des entreprises qui ont répondu craignent fortement de devoir fermer définitivement en raison du ralentissement économique causé par la pandémie et les mesures de confinement.

Une entreprise sur quatre estime que la crise actuelle pourrait la mener à sa perte, alors que près de la moitié des répondants affirme que la crise présente un risque moyen pour leur entreprise en raison de l’impact financier.

Les autres affirment que les risques de conséquences graves sont faibles, voire nuls.

Le sondage, au départ préparé pour la communauté d’affaires de Kirkland Lake, a aussi été envoyé à des entreprises de Temiskaming Shores, Cochrane, Iroquois Falls, Smooth Rock Falls, Hearst, Hornepayne, Mattice et de la Première Nation de Constance Lake.

La directrice générale de la Commission de formation du Nord-Est (CFNE), Julie Joncas, s'est dite surprise par le nombre de répondants, soit 375 entreprises et organismes, dont 297 qui comptait moins de 19 employés en date du 1er avril.

Les gens étaient contents qu’on prenne de leurs nouvelles, affirme-t-elle.

Selon les données recueillies, les employeurs ont dû en moyenne mettre à pied six de leurs employés en raison de la pandémie.

Mme Joncas explique qu’un des objectifs du sondage était de recevoir des suggestions des entreprises sur ce que la communauté pouvait faire pour les aider.

Pour la région Nord-Aski, [Hearst et les environs], quand on demandait ce que la communauté peut faire, c’était très positif, qu’on encourageait les gens à continuer ce qu’ils font, que ça va bien, souligne-t-elle.

« Les autres, il y avait plus de commentaires à savoir “s’il vous plaît, respectez les consignes", parce que plus on néglige de les respecter, plus longtemps on risque d’être dans cette situation là. »

— Une citation de  Julie Joncas, directrice générale de la Commission de formation du Nord-Est

Les demandes de report de taxes et d’autres formes d’aides financières sont souvent apparues dans les réponses, ajoute Mme Joncas.

Plusieurs espèrent aussi que l’achat local sera fortement encouragé pour aider les entreprises à se remettre sur pied.

Julie Joncas compte faire un suivi auprès des entreprises de la région en mai, entre autres pour mesurer les effets des mesures d’aide financières déployés par les différents paliers de gouvernement.

Portrait semblable à Timmins

Un autre sondage sur l'impact de la COVID-19 a été mené auprès des membres de la Chambre de commerce de Timmins entre le 20 mars et le 13 avril.

Parmi les 74 entreprises qui ont répondu, près de 40 % ont indiqué avoir fermé temporairement leurs portes, et plus du tiers avait alors procédé à des mises à pied.

Environ 850 des 1300 employés de ces entreprises sondées ont vu leur nombre d’heures de travail réduit, ou ont carrément été mis à pied.

La Chambre de commerce de Timmins indique que la vaste majorité de ses démarches auprès des gouvernements pour répondre aux demandes de leurs membres a été couronnée de succès.

Cela inclut des reports de paiement d’impôts fonciers et l’élargissement des programmes de prêts garantis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !