•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poignée de ciné-parcs du Québec prêts à ouvrir

Un ciné-parc avec des voitures et un écran au fond.

Les ciné-parc sont de moins en moins nombreux au Québec.

Photo : Getty Images / vbacarin

Cecile Gladel

Depuis la fermeture du ciné-parc Boucherville l’automne dernier, il ne reste plus que cinq ciné-parcs au Québec. Quatre d’entre eux ont fait une demande conjointe au gouvernement pour ouvrir leurs portes en respectant les consignes de distanciation sociale. Ils attendent toujours la réponse.

Les ciné-parcs Orford, Belle-Neige à Val-Morin, Paradiso à Chandler et Saint-Hilaire pensent qu’ils pourraient être en activité rapidement et offrir des conditions permettant aux gens de venir voir un film en toute sécurité.

On est prêt depuis toujours. Dès le 16 mars, on pouvait ouvrir en mode distanciation sociale. Ces mesures étaient déjà mises en place pour le ski. On pensait qu’on aurait pu ouvrir pendant le confinement, mais finalement ça n’est pas arrivé, explique Nicolas Vallières, directeur général de Ski Belle-Neige, propriétaire de la station de ski et du ciné-parc.

Généralement, j'ouvre le 15 juin, mais j'ouvrirai plus tôt si nécessaire, soutient le propriétaire du ciné-parc Paradiso, Rodrigue Huard.

Affiche du Ciné-parc d'Orford.

Le ciné-parc d'Orford a un nouveau propriétaire depuis l'automne dernier.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Le propriétaire du ciné-parc d’Orford, François Pradella, envisage une ouverture dès le mois de mai. On regarde pour le 4 mai, c’est notre souhait. Ça va dépendre de ce qui se passe avec la pandémie, déclarait-il lors d’une entrevue avec Radio-Canada Estrie.

Les propriétaires n’ont eu qu’un accusé de réception au plan de relance qu’ils ont présenté à la ministre de la Culture, Nathalie Roy, et à la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), la semaine avant Pâques.

Des mesures à mettre en place

Évidemment, les propriétaires de ces ciné-parcs sont bien conscients qu’ils ne peuvent rouvrir dans les mêmes conditions qu’avant. Ils ont donc établi certaines mesures à mettre en place dans le plan proposé au gouvernement.

Parmi celles-ci, ils n'accepteraient que la moitié des voitures que peuvent accueillir leurs stationnements afin de laisser un espace entre les personnes.

On aurait 2 mètres entre chaque voiture. On pourrait aussi ouvrir le casse-croûte et permettre aux gens de commander de la nourriture que des employés apporteraient à la voiture.

Nicolas Vallières

L’un des problèmes sera la gestion des toilettes, puisque la majorité de la clientèle les utilise pendant la pause qui a lieu entre les deux films. Pour les toilettes, un employé s’assurerait qu’une seule personne entre à la fois et on ferait le nettoyage après chaque utilisation, explique Kevin Patenaude, copropriétaire du ciné-parc de Mont-Saint-Hilaire.

Ce dernier pense qu’il y a encore de très bons films programmés pour l’été. On pourrait partir avec des films qui étaient en salle en mars dernier, comme Mafia inc., ajoute Kevin Patenaude.

Des voitures sont stationnées devant un écran géant en pleine nature.

Un ciné-parc sans distanciation sociale

Photo : iStock

Cependant, le ciné-parc Mont-Saint-Hilaire a refusé les demandes pour tenir des spectacles comme celui des 2Frères. On a eu plusieurs demandes. Notre vocation, c'est les films. Mais quand je vois que Québec pense ouvrir trois ciné-parcs, ça va nous aider. On fait un peu figure de dinosaures, mais la saison 2019 a été notre meilleure, précise-t-il.

Le propriétaire du ciné-parc d’Orford, François Pradella, est assez confiant et il continue les travaux d’aménagement, puisqu’il a racheté les installations l’automne dernier.

Le ciné-parc Saint-Eustache est plus prudent sur la possibilité d’ouvrir et se demande s'il y aura des films à diffuser.

Le petit monde des ciné-parcs québécois

Les ciné-parcs québécois sont une denrée rare. Seulement cinq sont en activité : Orford, Belle-Neige à Val-Morin, Saint-Hilaire, Saint-Eustache et Paradiso à Chandler.

Le ciné-parc Boucherville a fermé l’automne dernier et a démantelé les écrans. Nous ne rouvrirons pas Boucherville, a confirmé la responsable des communications de Cineplex, Sarah Van Lange, par courriel.

Le ciné-parc Paradiso à Chandler a fermé pendant quelques années, de 2013 à 2018, à cause du passage au numérique. L'achat de nouveaux projecteurs était un coût important, explique le propriétaire, Rodrigue Huard. Il pense que de tels investissements sont la cause de la fermeture de plusieurs ciné-parcs. Il y a aussi le fait qu'ils n'étaient plus très populaires.

Toutefois, Rodrigue Huard a remarqué un nouvel engouement ces dernières années. C'est l'attrait du vintage. Les gens ont redécouvert les ciné-parcs, j'ai de plus en plus de monde, reconnaît-il.

Des voitures devant un écran.

L'ancien ciné-parc de Templeton à Gatineau, dont les installations ont été rachetées par le ciné-parc Belle-Neige

Le ciné-parc Belle-Neige en est à sa deuxième saison, il a ouvert le 24 juin 2019. Ski Belle-Neige a racheté et déménagé les installations du ciné-parc Templeton de Gatineau lorsqu’il a fermé ses portes. On se cherchait une activité estivale, donc c'était l'occasion. Puis la structure est maintenant permanente et on opère le même stationnement que pour le ski, explique Nicolas Vallières.

De son côté, François Pradella est assez confiant et continue les travaux d’aménagement puisqu’il a acheté le ciné-parc Orford l’automne dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts