•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des écoles et des commerces : des réactions partagées

Des cadenas sur des casiers dans un corridor d'une école secondaire.

Les écoles sont fermées depuis le mois de mars au Québec.

Photo : Getty Images / Kris Schmidt

Radio-Canada

Les réactions sont partagées au Saguenay-Lac-Saint-Jean concernant la réouverture graduelle des écoles et des entreprises dans les régions les moins touchées par la COVID-19, comme l’a laissé entrevoir mercredi le premier ministre François Legault.

Si la relance prochaine de l'économie régionale réjouit les maires et la population, la réouverture des écoles ne fait pas l'unanimité. La crainte d'une deuxième vague inquiète aussi la Direction de la santé publique.

On va attendre les instructions de la Santé publique, mais on va être au rendez-vous je suis sûre. Les gens sont prêts. C’est ce que j'entends à travers les gens d'affaires, à travers la population, commente la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Josée Néron en entrevue dans le hall de l'hôtel de ville

Josée Néron, mairesse de Saguenay

Photo : Radio-Canada

Les vœux de la mairesse ont été exaucés, elle qui demandait déjà, il y a quelques jours, que les régions moins touchées par la pandémie puissent relancer graduellement leur économie. Elle y voit un enjeu d’équité.

De grandes surfaces sont ouvertes, offrent des produits alimentaires et ça va de soi, on en a besoin, mais ils offrent également d'autres produits qui pourraient être offerts par d'autres entreprises qui, en ce moment, doivent être fermées.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

Le Centre Hi-Fi de Saguenay fait partie de ces commerces qui se font damer le pion par les magasins à grande surface où sont vendus des téléviseurs, en plus de pain et de beurre. La réouverture est attendue avec impatience, mais accueillie avec prudence.

Tout ce qui peut repartir l'économie va être une bonne nouvelle, mais le gouvernement dit quelque chose et peut faire un retour en arrière, on ne le sait pas. On ne sait pas ce qui va se passer, donc on y va au jour le jour, avance Sébastien Fortier, conseiller au Centre Hi-Fi et chez Roussel informatique.

Une reprise complexe en restauration

Pour les restaurateurs, la règle de distanciation des deux mètres complique tout scénario de réouverture à court terme. Au Café Cambio, au centre-ville de Chicoutimi, la coordonnatrice Stéphanie Duval a certes quelques interrogations.

Ça dépend vraiment des lieux. Ça dépend comment les entreprises sont organisées, ça dépend des locaux, de comment sont faites les portes d'entrée, comment sont organisées les salles. Ça va être du cas par cas, je pense, observe-t-elle.

Si l’on se base sur des témoignages recueillis par Radio-Canada, la réouverture graduelle des entreprises semble faire l'unanimité dans la population. Des questions demeurent toutefois en ce qui concerne un retour en classe avant la fin de l’année scolaire.

Des parents voient mal comment la distanciation de deux mètres pourra s’appliquer avec les enfants. Si certains n’hésiteront pas à retourner leur progéniture sur les bancs de l’école, d’autres feront preuve de réserve.

La santé publique scrute la situation à la loupe

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 257 cas de coronavirus depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 108 personnes sont considérées comme guéries. Tous les décès enregistrés jusqu'ici se sont produits dans deux principaux foyers d'éclosions qui sont des résidences pour personnes âgées.

La population régionale a donc été peu exposée au virus, une donne qui inquiète la Direction de la santé publique et qui lui fait craindre une deuxième vague en cas de réouverture.

Une femme habillée d'un veston noir et d'une camisole blanche sourit à la caméra.

Julie Labbé a été nommée mercredi par le Conseil des ministres.

Photo : Courtoisie CIUSSS

La direction de la Santé publique va être en grande surveillance à voir comment va se comporter la population, qui a eu l'occasion dans les derniers jours d'adopter des règles d'hygiène très importantes en termes de distanciation et de lavage des mains. On verra à partir des éclosions potentielles ou d'augmentation ou de diminution de nos cas confirmés. On sera en mesure de voir évoluer la situation, analyse Julie Labée, présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour éviter cette deuxième vague, des élus comme le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, demandent que la région demeure isolée.

D'après le reportage de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !