•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault songe à rendre tous les CHSLD publics

Un travailleur de la santé regarde par la fenêtre.

Le drame survenu au CHSLD privé Herron a accéléré la réflexion du premier ministre.

Photo : Reuters / Christinne Muschi

Le premier ministre du Québec confirme avoir entamé des démarches pour évaluer la possibilité de prendre le contrôle des 40 centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) privés non conventionnés de la province.

Radio-Canada avait révélé vendredi matin que Québec analysait le financement d'une mesure qui transformerait ces établissements en CHSLD privés conventionnés, comme il en existe déjà une soixantaine dans la province.

Oui, on regarde ça et on est en train de chiffrer ça, a confirmé François Legault lors de sa conférence de presse quotidienne, lorsqu'il lui a été demandé s'il songeait à nationaliser les CHSLD. On est en train de regarder quand les contrats se terminent et beaucoup viennent à échéance bientôt.

Le gouvernement aurait ainsi un meilleur contrôle sur les finances et le fonctionnement de l'ensemble des CHSLD.

Au Québec, les soins, c’est un système public. Est-ce qu’on devrait avoir tous les CHSLD qui soient publics, je n’exclus pas ça.

François Legault, premier ministre du Québec

En étant conventionnés, tous les CHSLD privés seraient soumis aux mêmes exigences que les publics :

  • mêmes salaires et mêmes conditions de travail;
  • mêmes ratios infirmière/résidents et préposé/résidents;
  • même prix de l'hébergement, plafonné à 1946 $ par mois.

Depuis des mois, le gouvernement de François Legault réfléchissait à cette idée pour offrir de meilleurs soins aux aînés des CHSLD privés. La situation actuelle et le drame qui est survenu au CHSLD privé Herron ont accéléré le projet. Une décision devrait être annoncée avant la fin de la crise de la COVID-19.

Huit CHSLD privés non conventionnés se retrouvent sur la liste rouge des établissements les plus touchés par des éclosions de COVID-19. Alors que ce type d'établissement représente moins de 9,6 % de tous les CHSLD, ils comptent pour 17 % de ceux qui sont dans la plus mauvaise situation.

Le Québec compte 412 CHSLD :

  • 313 publics
  • 59 privés conventionnés
  • 40 privés (dont 5 en PPP)

L’an dernier, le gouvernement a prévu un budget de 50 millions de dollars pour augmenter la contribution financière aux CHSLD privés.

Différentes solutions sont donc envisagées afin de nous assurer que ces sommes permettront le rehaussement de la qualité des soins et le rehaussement de la rémunération du personnel dans les CHSLD privés.

Marjaurie Côté-Boileau, attachée de presse de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Selon nos informations, la majorité des propriétaires de CHSLD privés sont favorables à cette idée et l'Association des établissements de longue durée privés du Québec se prépare déjà à se saborder pour que ses membres rejoignent l'Association des établissements privés conventionnés.

Ce serait le meilleur modèle. Ça donnerait une stabilité à nos ressources, ça éviterait le roulement de personnel et ça éviterait le recours aux agences.

Paul Arbec, PDG du Groupe santé Arbec, qui possède plusieurs CHSLD privés

Jusqu'à 50 % de hausse salariale

Un homme masqué portant des gants et une blouse jaune lave une civière.

Le travail des préposés aux bénéficiaires est essentiel à la bonne marche des opérations dans les centres d'hébergement pour aînés.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les CHSLD privés non conventionnés sont souvent le premier employeur des nouveaux préposés qui, une fois formés, partent à la première occasion rejoindre des CHSLD publics ou conventionnés qui les paient mieux.

La décision de Québec aurait pour effet d'uniformiser les salaires dans tous les types de CHSLD. Au privé non conventionné, un préposé aux bénéficiaires gagne souvent 13 $ à 14 $ l'heure par rapport à 20 $ à 22 $ au public et dans les établissements privés conventionnés.

Pour les infirmières, le salaire au privé dépasse rarement 34 $ l'heure comparativement à 39 $ au public et au privé conventionné. Quant au salaire des infirmières auxiliaires, le plafond tourne autour de 24 $ l'heure au privé par rapport à 30 $ au public et au privé conventionné.

Les employés en buanderies et en cuisines auraient aussi de meilleurs salaires et conditions si les CHSLD privés étaient conventionnés.

Il n'y aura plus de places à 10 000 $ par mois

Des ballons accrochés à un arbre devant un CHSLD.

Les places en CHSLD privés non conventionnés, comme le CHSLD Herron de Dorval, coûtent jusqu'à 10 000 $ par mois aux résidents.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans les CHSLD publics et privés conventionnés, l'État fixe les tarifs d'hébergement avec une contribution mensuelle maximale de 1946 $ par adulte pour une chambre individuelle.

La mesure envisagée par Québec aurait pour effet de baisser de façon importante le coût d'hébergement. À titre d'exemple, le CHSLD Herron facturait des loyers de 3000 $ à 10 000 $ par mois.

L'impact se ferait sentir sur environ 1000 unités dans le réseau des CHSLD privés, qui en compte 4000. Pourquoi pas plus? Parce que les 3000 autres places ont déjà été acquises par le réseau de la santé et sont déjà plafonnées à 1946 $ par mois.

Depuis plusieurs années, l'État achète des places au privé en lui laissant le fardeau de la construction, pour faire des économies.

Avec la collaboration de Davide Gentile et Daniel Boily

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Politique