•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque d'informations en français : le commissaire aux langues officielles « préoccupé »

Chargement de l’image

Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, se dit préoccupé par le fait que des messages d'intérêt public sur le coronavirus semblent négliger les francophones dans certaines provinces.

Dans une déclaration transmise jeudi, M. Théberge fait référence au Nouveau-Brunswick et à l'Ontario, deux provinces qui ont d'importantes communautés francophones.

Les Canadiens doivent être en mesure de comprendre les messages qui leur sont adressés par l'ensemble des institutions gouvernementales, en particulier dans le contexte actuel de pandémie, rappelle le commissaire.

« C'est une question de respect et de sécurité pour tous les Canadiens »

— Une citation de  Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles

Il se dit quand même préoccupé par ce qu'il a entendu de la part du public et des organisations qui représentent des communautés de langue officielle minoritaire au Canada et de ses homologues en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Depuis la semaine dernière, les points presse du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, sont traduits et sous-titrés en français. Cette traduction simultanée est offerte sur la chaîne YouTube du gouvernement.

Plus tôt ce mois-ci, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, avait répondu pas maintenant à une question en français d'une journaliste.

Au Nouveau-Brunswick, des représentants des francophones se plaignent du manque de bilinguisme au sein du gouvernement de Blaine Higgs.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !