•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’épidémie sournoise qui gangrène les petites villes américaines

Dans la dernière décennie, 162 hôpitaux ont fermé leurs portes dans les régions rurales des États-Unis. Un désastre, alors que la pandémie s'abat sur le pays.

L'hôpital a fermé ses portes en 2014

Le Lower Oconee Community Hospital de Glenwood

Photo : Radio-Canada

Washington a annoncé cette semaine qu’il investira 10 milliards de dollars pour aider les hôpitaux situés à l’extérieur des grands centres, alors que la pandémie de COVID-19 sévit dans au moins 1000 localités rurales des États-Unis.

Il aura donc fallu une pandémie pour attirer l’attention du gouvernement sur une épidémie qui ravage depuis des années la campagne américaine dans l’indifférence, bien avant que les Américains ne connaissent ce nom de coronavirus.

Depuis 10 ans, des hôpitaux tombent au combat et gisent, abandonnés, au cœur de petites villes. Une végétation anarchique a même envahi leurs salles d’urgence.

C’était en février. Avant la crise. Nous nous étions rendus aux États-Unis pour faire une série de reportages sur la société américaine afin de mieux comprendre le pays en cette année électorale. Nous avions choisi la petite municipalité de Glenwood, en Georgie, pour illustrer l’effet délétère de ces fermetures sur la campagne américaine.

L'hôpital tombe en ruine, le terrain est miteux

Le bâtiment qui abritait le Lower Oconee Community Hospital de Glenwood est en vente

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

En 2014, les habitants de Glenwood, comme Sam Floyd, ont vu les employés du Lower Oconee Community Hospital mettre des cadenas sur les portes de l’urgence.

Depuis, la ville est habitée par un lourd silence. Seuls des camions chargés de billots sillonnent encore la grande rue de cette localité rurale, qui vit de ses forêts et de ses champs.

Dans ce décor abandonné, Sam Floyd nous était apparu tel un fantôme. « Depuis que l’hôpital a fermé, il n’y a plus rien », nous avait dit ce travailleur de la construction.

C’est par ces mots de Floyd que commençait un reportage qui est resté dans nos valises, puisque quand nous sommes rentrés, un seul sujet s'imposait.

Or, depuis, l'épidémie de COVID-19 a gagné du terrain dans les régions rurales de l’Amérique et j’ai repensé à Glenwood et à la crise des hôpitaux ruraux.

L'homme est assis sur un banc public, une casquette sur la tête

Sam Floyd, résident de Glenwood

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Mais comment expliquer ces fermetures? Essentiellement parce que dans les régions rurales des États pauvres il n’y a pas assez d’Américains disposant de bonnes polices d’assurance pour faire vivre les hôpitaux. En Georgie, par exemple, 39 % de la population rurale vit sous le seuil de la pauvreté.

Les hôpitaux en régions rurales qui ne sont pas morts ne sont pas forts. 46 % éprouvaient, au début 2020, des difficultés financières.

Une autre partie de la réponse : les faillites d’hôpitaux ont lieu majoritairement dans les 18 États qui ont refusé les subsides fédéraux (des milliards de dollars) liés au Medicaid, une des composantes du Affordable Care Act, aussi appelé Obamacare.

À Glenwood, son maire, J.M Joiner, m’avait expliqué en février pourquoi des États ont refusé l’aide fédérale. Un seul mot : « Indépendance! », prononcé clairement avec son accent du sud un peu chantant.

Je suis à 100 % pour ça. J’ai toujours été mon propre patron!

Devant l'hôtel de ville

J.M Joiner, maire de Glenwood

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Ici, aux États-Unis, les gens n’aiment pas qu’on leur dise quoi faire. L’aide fédérale venait avec des conditions, et on n’aime pas ça.

J.M Joiner, maire de Glenwood

Un cercle très vicieux

Au téléphone cette semaine, J.M Joiner était très inquiet. À cause du virus, bien sûr, car s’il y a une urgence, il faudra aller loin. Ce qui peut faire la différence entre la vie et la mort. Mais jusqu’à maintenant, il n’y a aucun cas de COVID-19 dans la région.

Donc, c’est surtout pour l’économie de sa localité qu’il s’inquiète.

On n’était déjà pas forts. Ça va nous tuer! me dit-il.

Il n’y a plus un seul médecin dans tout le comté, nous confiait-il déjà en février. Nous devons faire plus d’une heure de voiture pour en voir un.

Les fermetures d’hôpitaux ruraux entraînent divers problèmes : d’abord, les gens qui vivent en région ont moins accès aux soins de santé et moins rapidement, mais ensuite vient l’effet domino.

Dans ces villes, la fermeture des hôpitaux signifie des départs. Et dans ces petites localités, ces changements démographiques ont un gros impact sur l’économie locale.

L'état d'abandon de l'hôpital est évident

Partie du bâtiment qui abritait le Lower Oconee Community Hospital

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Plein de familles sont parties. Les employés de l'hôpital ont déménagé, et puis la banque a fermé aussi et l’épicerie a mis un cadenas sur la porte, m'avait expliqué J.M Joiner, maire de cette petite ville depuis 36 ans, en nous faisant faire le tour de « sa » ville.

Puis au téléphone, cette semaine, il nous a dit ceci : Cette ville, c’est mon coeur. Un coeur dont le pouls s’est affaissé lorsque l’hôpital a fermé et qui, depuis que ce virus est apparu, est dans un état critique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International