•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les municipalités réclament un fonds d'urgence à Ottawa

Le centre-ville de Montréal, de nuit.

Il est interdit aux municipalités d'enregistrer des déficits, rappelle Bill Karsten, président de la FCM.

Photo : Radio-Canada / Daniel Thomas

Radio-Canada

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) demande au gouvernement fédéral 10 milliards de dollars pour répondre à un déficit global de 10 à 15 milliards de dollars lié essentiellement aux effets de la pandémie de la COVID-19.

La FCM, par la voix de son président, Bill Karsten, appelle à l’aide et dit ne pas avoir d'autre choix que de s'adresser au gouvernement fédéral. Ses membres, dit-il, enregistrent des pertes de revenus à tous les niveaux.

Il leur est légalement interdit [aux municipalités] d'enregistrer des déficits.

Une citation de :Bill Karsten, président de la FCM

La FCM souhaite que 7,6 milliards de dollars des 10 milliards demandés soient versés aux municipalités par l'entremise du Fonds de la taxe sur l'essence. Et les villes aux prises avec des problèmes de liquidités seraient aidées en priorité.

Dans un discours prononcé par le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin dans le cadre du caucus des grandes villes, la FCM rappelle que toutes les villes sont mises à contribution pour soutenir les citoyens eux-mêmes et le réseau de la santé et des services sociaux.

En temps de crise, peu importe les champs de compétence de chacun des gouvernements, la population se tourne toujours vers sa ville, précise le maire Pedneaud-Jobin.

Il cite plusieurs exemples, où les municipalités sont en première ligne du combat mené contre la COVID-19, rappelant que des arénas sont transformés en refuges, que des locaux et des équipements sont partagés avec les hôpitaux et que le respect des décrets gouvernementaux est assuré par les policiers municipaux.

Pendant que l'on combat le feu, la caserne est menacée

Nous sommes partout sur le terrain pour faire face à la crise et nos dépenses augmentent, insiste le maire qui crie à l’aide.

Si les dépenses augmentent, les revenus, eux, sont en chute libre.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Le maire Pedneaud-Jobin énumère les facteurs qui font baisser les revenus des municipalités. Il s’agit de pertes financières jamais vues sur une même année.

  • Diminution des revenus des utilisateurs du transport en commun
  • L’arrêt de la construction commerciale et résidentielle
  • Moins de droits de mutation
  • Moins de permis de construction
  • Moins de croissance du rôle d’évaluation
  • Report des paiements des impôts fonciers
  • Réduction des revenus de tarification
  • Perte de revenus de placement
  • Chute des marchés boursiers, qui aura un impact sur les régimes de retraite.
  • Moins de perception d’amendes

À titre d’exemple, le maire Pedneaud-Jobin révèle un manque à gagner de 25 à 35 millions de dollars à Gatineau pour cette année seulement.

Interrogé à ce sujet en conférence de presse, le premier ministre canadien Justin Trudeau est demeuré prudent, en rappelant que les municipalités sont du ressort des provinces.

Nous allons continuer de travailler avec les provinces sur la question des municipalités et, dans plusieurs cas, avec les municipalités directement, quand c’est approprié a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !