•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Senneterre veut relancer son projet de parc thermique

Des bénévoles dans une serre à Baie-Johan-Beetz.

L'eau chaude produite par la centrale serait utilisée comme source de chaleur principale pour des serres.

Photo : Radio-Canada

La Corporation de développement économique (CDE) de Senneterre souhaite remettre sur les rails son projet de produire des fruits et légumes en serres.

Ce projet de « parc thermique » est sur les planches à dessin depuis le début des années 2000, avec l’ouverture de la centrale de la compagnie Boralex. Il consisterait à récupérer l’eau chaude produite par la centrale pour l’utiliser comme source de chaleur principale pour des serres, et ce, à bon marché.

Selon le président de la CDE de Senneterre, Patrick Garneau, le contexte est aujourd’hui plus favorable pour ce type de projet.

On vise un projet plus modeste, reconnaît-il. On aimerait un promoteur qui pourrait assurer une production pour une distribution de fruits et légumes locale et régionale, pour alimenter le Panier bleu annoncé par le gouvernement du Québec. Les habitudes de consommation changent et les gens veulent des produits d’ici. C’est un bon moment pour dépoussiérer nos études et remettre ce projet sur la table.

Il y a plusieurs années, le projet s’était buté à l’époque à une série d’embûches, notamment le manque de promoteurs, le coût trop élevé de l’investissement et les difficultés d’opération de la centrale de Boralex, un facteur qui n’est plus un enjeu, 18 ans plus tard.

Deux bâtiments industriels sont reliés par une longue conduite de métal.

L'usine de Boralex à Senneterre

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Le projet prévoirait aussi une section locale pour favoriser l’agriculture urbaine faite par les citoyens, dans le style des jardins communautaires.

Recherche de promoteurs

Les prochaines étapes pour la CDE seront de mettre à jour les données des études réalisées en 2002, évaluer les marchés de proximité et rechercher des promoteurs intéressés à investir. L’organisme dit avoir l’assurance d’une collaboration étroite avec Boralex pour mettre en place un partenariat d’utilisation de son eau chaude. On entend aussi être à l’affût des subventions gouvernementales qui pourraient être disponibles pour ce genre de projet.

Il y a une volonté du premier ministre Legault de mettre à contribution les surplus d’électricité pour ce type de projet. Ces mots nous ont rappelé qu’on en a de beaux projets à Senneterre et que ça entre exactement dans cette volonté, souligne Patrick Garneau.

La Corporation ne connaît pas encore les coûts reliés à la mise en place de son projet. L’objectif est de trouver un promoteur qui en assurerait la construction, mais plusieurs modèles de financement sont sur la table.

Toutefois, pas question pour l’instant de se prononcer sur un échéancier. Ce n’est probablement pas possible de lancer le tout pour 2021, mais on veut mettre le tout à jour rapidement et partir à la recherche de promoteurs. On est dans la bonne fenêtre des besoins des consommateurs et de leurs besoins d’être rassurés après la pandémie. Dès qu’on aura un promoteur, ça va aller vite, conclut Patrick Garneau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Énergies renouvelables