•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau accepte d'envoyer l'armée dans les foyers pour aînés du Québec et de l'Ontario

Le premier ministre dit toutefois qu'« il ne s'agit pas d'une solution à long terme ».

Trois soldats dans l'entrée de la résidence.

Les premiers militaires sont arrivés samedi dernier à la résidence Yvon-Brunet de Montréal.

Photo : Reuters / CHRISTINNE MUSCHI

Ottawa enverra des centaines de militaires dans les habitations pour personnes âgées de l'est du pays, qui manquent de personnel depuis l'éclosion de la pandémie de coronavirus.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé lors de son point de presse quotidien jeudi que son gouvernement allait accepter les demandes du Québec et de l'Ontario. Nos militaires iront prêter main-forte comme ils le font toujours, a-t-il assuré.

Mais il ne s'agit pas d'une solution à long terme, a soutenu M. Trudeau. Au Canada, nos militaires ne devraient pas prendre soin de nos aînés.

Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, on va devoir examiner comment on en est arrivé là, a poursuivi le premier ministre. On va tous devoir faire plus pour traverser cette situation qui est absolument terrible.

M. Trudeau déplore des tragédies épouvantables dans les établissements pour aînés – un état de fait qu'il juge inacceptable.

On doit faire mieux. Parce qu'on laisse tomber nos parents, nos grands-parents, nos aînés, les membres de plus grande génération qui ont bâti notre pays. On doit s'occuper d'eux comme ils le méritent.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Interrogé sur le nombre de militaires qui seront envoyés au Québec – le gouvernement Legault en voudrait 1000 –, M. Trudeau est néanmoins demeuré prudent. On travaille avec [le Québec] pour coordonner la meilleure réponse, dans les chiffres et les endroits nécessaires, a-t-il simplement répondu.

Le premier ministre Legault avait formulé cet appel à l'aide mercredi après-midi, lors de sa conférence de presse quotidienne, admettant du même souffle que son gouvernement n'avait réussi qu'à combler la moitié des 2000 absences constatées dans les établissements pour aînés depuis le début de crise.

Pour bien faire comprendre l'urgence de la situation, M. Legault a précisé jeudi que le nombre de travailleurs de la santé absents dans tout le réseau se chiffrait à 9500. Il s'attend donc à ce que les militaires canadiens puissent être déployés rapidement au Québec, idéalement au cours des prochains jours.

Des hommes masqués portant des uniformes roses transportent du matériel.

La Villa Val des Arbres, à Laval, fait partie des établissements pour aînés qui bénéficient déjà du soutien des Forces armées canadiennes.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Déjà, 130 officiers et soldats sont sur le terrain depuis le week-end dernier. Un peu plus de la moitié d'entre eux (70) possèdent une formation médicale. Les autres (60) ont été affectés à des tâches connexes.

Ces militaires ont été répartis dans cinq établissements pour aînés, dont l'Hôpital Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-Bellevue, où seulement deux cas de COVID-19 ont été détectés. Ils remplaceront une partie du personnel qui a été déployé dans d'autres lieux d'hébergement pour personnes âgées où la situation est plus difficile dans l'Ouest-de-l'Île.

Le Centre d'hébergement du Manoir-de-Verdun, la résidence Yvon-Brunet, dans le secteur de Ville-Émard, le CHSLD Valéo, à Saint-Lambert, et les Loggias Villa Val des Arbres, à Laval, profitent aussi de l'appui des Forces armées canadiennes (FAC) depuis quelques jours.

Des Rangers ont également été déployés dans le Nunavik et sur la Basse-Côte-Nord dans le cadre de l'opération Laser, nom de code donné à la nouvelle mission des FAC en lien avec la pandémie de COVID-19.

Des renforts en Ontario aussi

Le gouvernement ontarien de Doug Ford a lui aussi demandé l'appui de l'armée mercredi pour venir à bout du problème dans cinq établissements pour aînés.

Un peu avant le point de presse de Justin Trudeau, jeudi, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a répondu positivement à cette requête, en tweetant que son gouvernement avait approuvé la demande d’assistance de l'Ontario pour du personnel des [FAC].

Contrairement à Québec, Queen's Park n'a pas dévoilé le nom des habitations où la présence des militaires était requise. On sait cependant que c'est dans la grande région de Toronto que se concentre la majorité des habitations les plus problématiques.

Il s'agira dans tous les cas d'un vrai défi pour les FAC, qui ne sont pas nécessairement habituées à ce genre d'opération, selon le brigadier général à la retraite Gaston Côté.

Après avoir testé tous les militaires, il faudra les entraîner [à utiliser] l'équipement de protection individuelle. Parce qu'encore une fois, dit-il, ça ne fait pas partie normalement de notre équipement militaire.

Il faudra par la suite donner aux militaires des ordres spécifiques [quant aux] tâches qu'ils vont être appelés à remplir.

Avec la collaboration de Mathieu Dion

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !