•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre sans Internet pendant la pandémie de la COVID-19

Chargement de l’image

Un itinérant dans un parc d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les gouvernements exhortent les gens à rester connectés en ligne pendant la pandémie de COVID-19, plutôt qu'en personne, des résidents d’Ottawa à faible revenu comme Chris Prefontaine n'ont pas ce luxe.

M. Prefontaine, 37 ans, est coincé dans un petit appartement de l'avenue Caldwell avec un balcon bloqué, et comme il n'a pas les moyens de se connecter à Internet, il a peu de divertissement à domicile.

J'ai eu des moments difficiles, je n'ai pas pu contacter ma famille, a déclaré M. Prefontaine, ajoutant qu'il ne peut pas se permettre un téléphone non plus.

Chargement de l’image

Un manque d'accès à Internet a rendu rend difficile pour Chris Prefontaine de rester en contact avec ses amis et sa famille pendant la pandémie.

Photo : Radio-Canada

« Ils s'inquiètent pour moi, et je m'inquiète pour eux. Je dois parfois demander à des amis dans mon immeuble si je peux utiliser leur wi-fi pour contacter les gens parce que je n'ai pas d'autre moyen de le faire. »

— Une citation de  Chris Prefontaine

Hors de portée

Un résident de Vanier, Ray Noyes, dit également qu'il ne peut pas se permettre Internet et se sent exclu par les messages des autorités.

Un récent tweet de Santé publique Ottawa (SPO) dit que la connexion virtuelle avec les autres est l'une des clés de la distance physique.

Ce que j'entends souvent à la radio, c'est à quel point il est important pour les personnes isolées de rester connectées, de se connecter et d'organiser des soirées Zoom, a déclaré M. Noyes.

Chargement de l’image

Si 10 millions de personnes se servaient de Zoom en décembre 2019, le service compte aujourd’hui plus de 200 millions d’utilisateurs et d’utilisatrices.

Photo : sopa images/lightrocket via gett / SOPA Images

« Tout cela est hors de ma portée. Je ne peux pas avoir ça, et c'est très frustrant. »

— Une citation de  Ray Noyes

M. Noyes travaille avec ACORN Canada, qui milite pour les familles à revenu faible ou modeste, afin de faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il considère l'accès à Internet comme un droit fondamental pour tous les Canadiens, peu importe combien ils gagnent.

M. Noyes vit seul dans un immeuble à logements et estime que pouvoir se connecter à Internet l'aiderait à faire face à des épisodes de dépression.

Je suis sûr que je serais moins seul si j'avais accès à ce que la plupart des gens tiennent pour acquis de nos jours, conclut-il déclaré.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !