•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : ce qu'il faut savoir aujourd'hui au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Illustration montrant le coronavirus dans les mains d'un homme.

On rapporte 249 cas de coronavirus dans la région.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le coronavirus continue sa progression au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La santé publique recense désormais 249 cas, ce qui est cinq de plus que mardi. Il y a deux décès additionnels.

Le nombre de personnes qui ont succombé au virus depuis le début de la pandémie dans la région est de 14.

Les deux décès rapportés mercredi sont survenus au CHSLD de la Colline et à la congrégation des soeurs Antoniennes de Marie. Il s’agit du 11e au CHSLD et du 3e à la congrégation.

Parmi les cinq cas positifs du jour, trois proviennent de résultats en laboratoire et deux par liens épidémiologiques. Il a d’ailleurs été indiqué que dans la région, c’est environ une centaine de cas sur les 244 qui tombent dans cette dernière catégorie.

Toujours pour les cas du jour, on trouve un résident du CHSLD de la Colline, portant le total à 46 résidents, et deux employés de plus, pour une somme de 48.

La réouverture probable des écoles inquiète les enseignants...

La réouverture possible des écoles inquiète la présidente du Syndicat de l'enseignement du Saguenay, Aline Beaudoin.

Le premier ministre François Legault a annoncé mercredi que les écoles du Québec pourraient rouvrir d'ici septembre. Bien que le plan pour la réouverture sera déposé la semaine prochaine, plusieurs appréhendent déjà les défis importants que représentera le retour en classe des élèves.

Aline Beaudoin

Aline Beaudoin, présidente du Syndicat de l'enseignement du Saguenay.

Photo : Radio-Canada

La réouverture des écoles se ferait de façon graduelle, d'abord dans les régions où la situation de la pandémie est stable. Mais le Syndicat de l'enseignement du Saguenay croit que le gouvernement aurait dû consulter davantage avant de faire une telle annonce.

… et les éducatrices

La perspective d'un déconfinement graduel, comme l’a annoncé le gouvernement de François Legault, fait monter l’inquiétude d’un cran dans les services de garde.

Déjà inquiètes de la propagation du coronavirus avec des groupes restreints, les éducatrices voient mal comment elles pourraient se sentir protégées avec des groupes d'enfants plus grands. Alors que les syndicats réclament des clarifications, les directions se veulent rassurantes.

L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) a récemment instauré des mesures de prévention exceptionnelles.

L’inquiétude monte puisque la direction de la santé publique ne recommande toujours pas le port du masque ou de la visière pour les travailleuses en services de garde. Des cris du coeur font maintenant écho jusqu'au bureau du secteur de la petite enfance de la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN).

Des mesures particulières encadreront la réouverture des écocentres

À cinq jours de leur réouverture, Saguenay se prépare à une ruée vers les quatre écocentres de la ville.

Une série de mesures ont été mises en place pour s’assurer que les utilisateurs respectent les consignes de distanciation sociale et d’hygiène mises en place pour éviter la propagation de la COVID-19.

Des containers remplis de déchets.

Les écocentres de la ville de Saguenay vont rouvrir le 27 avril.

Photo : Radio-Canada

Des affiches grand format seront installées à l’entrée des écocentres de Chicoutimi, Jonquière et La Baie pour expliquer les procédures à suivre aux visiteurs, qui devront fort probablement s’armer de patience en raison du haut niveau d’achalandage prévu.

Selon les informations transmises par la Ville, chaque guérite sera dotée de distributeurs de savon et une équipe de nettoyage verra à la désinfection des lieux de travail une fois par jour. Des gardiens de sécurité seront aussi mis à profit pour éviter les débordements et exercer un certain contrôle sur les files d’attente.

Un arc-en-ciel lumineux sur la façade de l’hôpital

La Fondation de ma vie, accompagnée de cinq entreprises à titre bénévole, est derrière la réalisation d'un éclairage extérieur aux couleurs de l'arc-en-ciel sur les murs de l'hôpital de Chicoutimi.

Un hôpital illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel.

L'hôpital de Chicoutimi est illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Photo : Courtoisie Jean-Michel Descoste

L'initiative s'inscrit dans la mouvance actuelle de l'affichage un peu partout d'arcs-en-ciel accompagnés de la mention Ça va bien aller.

La Fondation de ma vie a annoncé cette collaboration par voie de communiqué mercredi midi. L'illumination a débuté mardi soir.

Des iPad dans les résidences pour aînés

Une campagne menée auprès des médecins de la région permettra d’acheter des tablettes iPad pour les aînés habitant dans l’un des 94 centres d’hébergement privés et publics. Au même moment, l'entreprise Telus a fait don de 127 tablettes aux six fondations d'hôpitaux régionaux.

Jusqu’à maintenant, une somme de 79 000 $ a été amassée auprès des omnipraticiens, des spécialistes et des six fondations du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’initiative émane du département régional de médecine générale.

L’objectif est entre autres de mettre les personnes âgées en lien avec leur famille en cette difficile période de confinement et de permettre la télémédecine.

Les entrepreneurs demandent de l'aide

Selon un sondage réalisé par les chambres de commerce de la région, 75 % des entreprises ont déjà fait appel ou feront appel aux programmes d'aide aux entreprises du gouvernement fédéral.

C'est ce qui ressort du sondage, tel que communiqué mercredi aux médias par la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF). Il aborde les impacts des mesures mises en place pour freiner la propagation de la COVID-19 au Québec.

Sur les 195 entreprises qui ont participé à l'exercice, 42 % ont déjà effectué des demandes d'aide et le tiers entendent le faire. Parmi les entreprises qui ont formulé une demande, la moitié a réclamé la subvention salariale de 75 %. Le tiers des commerces ont fait une demande au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (prêt de 40 000 $) et les autres ont fait appel au Programme actions concertées pour le maintien en emploi (PACME).

Internet difficile d’accès dans le Bas-Saguenay

Des citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'ont pas accès à une connexion digne de ce nom. La situation complique le télétravail en période de pandémie et rend difficiles les échanges avec les proches.

Patrick Lavoie habite à Petit-Saguenay, une municipalité de 630 habitants. Sur le chemin Saint-Étienne, où il vit avec sa famille, il n’y a pas de réseau cellulaire. C’est donc difficile d'avoir une bonne connexion Internet.

Faute de câble, ses voisins et lui se connectent par satellite. Ils obtiennent une vitesse de téléchargement de 10 mégabits/secondes. La norme haute vitesse au Canada est de 50 mégabits/secondes.

La vitesse d’Internet était déjà un irritant. En cette période de crise, ça l’est encore plus, surtout lorsqu’il est question de suivre des cours à la maison ou d’essayer de faire du télétravail.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !