•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'aide psychosociale pour les travailleurs en santé à Montréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal ajoute des mesures à son programme de soutien psychosocial pour son personnel qui est durement mis à l’épreuve par la pandémie de COVID-19.

Une employée d'hôpital s'appuie sur un mur dans un corridor.

Le personnel qui oeuvre dans le réseau de la santé est fortement sollicité en ces temps de pandémie et bon nombre de travailleurs sont fatigués.

Photo : iStock

Radio-Canada

Johanne Riendeau, présidente de la Fédération des infirmières du Québec pour l'ouest de Montréal, l'affirme d'entrée de jeu : la situation est particulièrement difficile pour les employés affectés aux résidences pour personnes âgées.

Les gens sont fatigués, ils sont épuisés, ils sont en fardeau de tâches. C'est très difficile de donner des soins sécuritaires, indique-t-elle.

Johanne Riendeau souligne que la situation est pénible pour le personnel infirmier sur le plan des émotions.

Ils voient également les résidents qu'ils connaissent depuis plusieurs mois décéder. C'est très difficile pour le moral, dit-elle, ajoutant que plusieurs employés pleurent le matin avant de rentrer au travail et en partant le soir.

Le docteur Gustavo Turecki, chef de psychiatrie du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, affirme que le personnel soignant est présentement soumis à beaucoup d’imprévus.

Les travailleurs qui sont en première ligne doivent particulièrement faire face à de nombreux changements en ce moment et à beaucoup d'incertitude. La situation de crise que nous vivons fait naître beaucoup de sentiments d'anxiété et il est donc primordial de s'assurer que tout le soutien pouvant leur être offert le soit, déclare-t-il par voie de communiqué.

À compter de vendredi, des équipes provenant des programmes de santé mentale et de dépendances offriront leurs services aux employés qui en éprouvent le besoin. Ces derniers peuvent appeler une ligne téléphonique dédiée et parler à un intervenant afin d'obtenir de l'aide immédiate, indique le CIUSSS dans sa missive.

En entrevue avec Radio-Canada, le Dr Gustavo Turecki détaille l’opération : On a présentement une équipe d'à peu près 150 professionnels qui sont en disponibilité, ainsi qu’à peu près 10 médecins disponibles pour faire du soutien.

Gustavo Turecki debout dans un bureau.

Le docteur Gustavo Turecki, chef de psychiatrie du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal.

Photo : Radio-Canada

Des symptômes différents

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la détresse ressentie par les employés du réseau de la santé : ils travaillent dans des conditions plus difficiles que d’habitude, ils côtoient la souffrance des gens et de leurs familles, leurs collègues sont malades ou absents, ils doivent composer avec un surplus de travail, ils oeuvrent dans un environnement stressant, ils ressentent la douleur des patients, etc.

Les symptômes ne sont pas les mêmes d’une personne à l'autre, précise le spécialiste en entrevue sur les ondes de RDI.

Parfois, c’est de l’inquiétude, parfois, c’est du stress. On peut sentir de la douleur. Parfois, c’est de la difficulté à dormir. Donc, c’est vraiment variable.

Gustavo Turecki, chef de psychiatrie du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal

Il explique que l’idée sous-jacente aux nouvelles mesures de soutien psychosocial est de fournir aux travailleurs de la santé les bons outils afin de faciliter leur travail tout en les protégeant.

À la fin, on quitte le travail, on va à notre maison rejoindre notre famille. On a besoin de pouvoir retrouver notre vie normale, de pouvoir dormir et de laisser le travail derrière, affirme le psychiatre.

Le Dr Turecki rappelle l’importance d’exprimer ce qu’on ressent comme moyen de gérer son anxiété.

Parfois, c’est simplement de pouvoir partager avec un collègue, quelqu’un qui comprend la situation, quelqu’un qui est familier avec l'environnement. Seulement partager, parfois c’est déjà assez, indique-t-il.

Il enchaîne : Parfois, ce n’est pas assez. Parfois, il faut donner du soutien supplémentaire. Parfois, il faut donner du soutien médical. On est prêts pour offrir aux gens [ce dont ils ont besoin].

Cette démarche du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal se veut complémentaire au Programme d'aide aux employés ou au réseau de pairs aidants.

Par ailleurs, les gestionnaires recevront des formations afin qu'ils puissent adapter leurs façons de faire en fonction de la crise et développer ainsi davantage d'habiletés à détecter la détresse psychologique de leur personnel, est-il écrit dans le communiqué.

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal a aussi mis en place des équipes de soutien psychosocial pour appuyer le personnel des CHSLD.

Avec la collaboration de Marc Verreault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !