•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Bowman dénonce les pressions de la province

Plan ceinture de Brian Bowman en conférence de presse.

« [...] nous avons reçu de la correspondance de la ministre des Relations avec les municipalités que nous avons certainement interprétée comme une volonté de provoquer des compressions », a dit le maire Bowman en conférence de presse.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Le maire de Winnipeg Brian Bowman dénonce une tentative de pression du gouvernement du Manitoba visant à pousser les municipalités à mettre à pied des employés pour des raisons politiques.

Mercredi, lors d’une conférence de presse où il annonçait la mise à pied du quart des chauffeurs d’autobus de Winnipeg, Brian Bowman a martelé que c’était une décision pragmatique, et non une décision politique.

Une journaliste lui a finalement demandé s’il parlait de la province, qui a récemment demandé aux universités, aux divisions scolaires et aux sociétés de la couronne de soumettre des plans pour réduire leurs effectifs de 10, 20 et 30 %.

Le maire a répliqué, ma réponse courte? Oui. Il a renchéri plus tard en expliquant, nous avons reçu de la correspondance de la ministre des Relations avec les municipalités que nous avons certainement interprétée comme une volonté de provoquer des compressions.

Je respecte et je valorise le travail de notre fonction publique et je pense que Winnipeg a une fonction publique légère et efficace, dit Brian Bowman, nous n’allons pas prendre une lentille politique ou idéologique pour ceci comme nous le démontrons aujourd’hui.

Dans une lettre envoyée aux municipalités mercredi dernier, la ministre des Relations avec les municipalités du Manitoba, Rochelle Squires, demande aux municipalités de réviser leurs budgets pour atténuer l’impact fiscal de pandémie de la COVID-19.

Après avoir donné des exemples d’économies adoptées par la province comme la proposition de réduire la semaine de travail d’une partie de la fonction publique, la ministre ajoute : je vous exhorte à regarder des exemples pour continuer à fournir les meilleurs services pour le contribuable en prenant de nouvelles mesures pour gérer vos budgets.

Mme Squires nie catégoriquement que cette lettre était une directive prônant des mises à pied. Cette lettre fait partie d’un dialogue constant où nous parlons des réalités auxquelles nous devons faire face et de certaines des mesures que nous prenons pour gérer ces pressions, dit-elle.

Les municipalités agissent déjà

Le président de l’Association des municipalités du Manitoba, Ralph Groening, a réagi moins fortement à la lettre de la ministre, nous l’acceptons, affirme-t-il. Selon lui, il s’agit plutôt de conseils de bonne foi de la part de la province.

Cela dit, il indique que les municipalités ont entrepris des mesures pour réduire leurs dépenses. Nous sentons que nous avons déjà réagi agressivement, affirme celui-ci, qui est aussi préfet de la municipalité de Morris. Les municipalités sont déjà en train de redéployer leurs employés pour mieux répondre à la pandémie et pour faire des économies, explique-t-il. Il note que beaucoup de municipalités ont déjà dû piocher dans leurs réserves.

L’argent dont dispose chaque municipalité à l'heure actuelle varie grandement en raison des dates d’échéance des impôts fonciers qui varient de l'une à l'autre. Pour certains, les impôts fonciers sont attendus à la fin juin, et certaines de ces municipalités ont déjà repoussé l’échéance.

L’association de municipalités fait actuellement l’inventaire de ces municipalités pour avoir une meilleure idée des communautés qui risquent de se trouver à court de liquide.

M. Groening souligne que les municipalités joueront un rôle important lorsque la crise de la COVID-19 sera terminée, et que le temps sera venu de relancer l’économie, notamment grâce à des projets d’infrastructure. Un rôle que la province et qu’Ottawa devrait prendre en compte, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !