•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de relance de l’économie attendu la semaine prochaine au Manitoba

Les mariages, les funérailles et les baptêmes pourront faire partie de certaines exceptions autorisées par le gouvernement manitobain prochainement.

Un bâtiment montrant le logo de thermëa.

Beaucoup d'entreprises non essentielles, comme Thermëa, à Winnipeg, attendent les directives provinciales afin de pouvoir reprendre leurs activités.

Photo : Radio-Canada / Gilbert Rowan

Radio-Canada

Le premier ministre Brian Pallister a annoncé mercredi qu’il rendra public, la semaine prochaine, le protocole de relance de l’économie manitobaine, dans le cadre du déconfinement. Il demande toutefois à la population de continuer les mesures d'éloignement physique.

Demander aux jeunes Manitobains et Manitobaines de retourner à l’école avant septembre est trop risqué, réaffirme Brian Pallister. Les petites entreprises vont par contre pouvoir progressivement reprendre leurs activités, en respectant un protocole, qui est toujours en cours d’élaboration.

Brian Pallister songe également à assouplir les consignes d'éloignement physique dans des événements exceptionnels, comme les funérailles et les baptêmes. 

Ce sont des cérémonies qui ont une importance dans la vie de la population manitobaine. Nous voulons nous assurer de pouvoir lui donner un peu d’espoir, de retrouver un semblant de communauté, qu’elle n’a pas pu avoir ces dernières semaines, dit-il.

S'il sera possible de reprendre certaines activités progressivement, le déconfinement va toutefois apporter des changements, affirme le premier ministre. Les restaurants, par exemple, ne seront plus organisés de la même manière.

Nous voulons tous un retour à la normale, mais je pense que la plupart des personnes sont conscientes que la nouvelle normalité ne sera pas comme l'ancienne.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Éviter « l’effet rebond »

En attendant, Brian Pallister demande au public de rester vigilant. Le faible nombre de cas de COVID-19 dans la province ne doit pas être une excuse pour moins respecter les consignes de distanciation sociale, ajoute-t-il.

Tous les jours, j’ai peur, dit-il. J’ai peur que les gens ne voient dans ces faibles chiffres une indication de ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire et que cela ne fasse augmenter les cas.

Je ne veux pas perdre une personne de plus. Je ne veux pas voir un cas de plus. Mais je sais que, de façon réaliste, sans vaccin ou remède, cela n’arrivera pas.

Si un protocole de déconfinement graduel n’est pas respecté, la province ne sera pas à l’abri d’une seconde vague de l’épidémie.

Le premier ministre prend l’exemple de Singapour, qui était très efficace pour contenir la première vague du virus avec des mesures de distanciation sociale, mais connaît désormais une seconde explosion de cas, après avoir allégé les mesures de confinement.

Nous voulons aller de l’avant, nous méritons d’aller de l’avant, mais nous devons faire les choses de façon réfléchie et avec précaution pour ne pas avoir d’effet rebond.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !