•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement fédéral se dit à l’écoute des communautés du Nord ontarien

Mona Fortier répond aux questions d'un journaliste.

La députée libérale fédérale d'Ottawa-Vanier, Mona Fortier, est ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée aux Finances.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre de la Prospérité de la classe moyenne, Mona Fortier, affirme que son gouvernement consulte régulièrement les municipalités du Nord de l’Ontario pour les appuyer pendant la pandémie de COVID-19 qui paralyse l’économie et qui rend l'accès aux services essentiels difficile.

Mme Fortier a discuté mardi avec les maires de Sudbury, Timmins et Cochrane, pour prendre le pouls de ces communautés et préparer les prochaines initiatives de son gouvernement.

« Je voulais vraiment comprendre ce qu’il se passait dans la communauté pour voir si on devait être plus flexible ou si nos programmes répondent aux besoins des communautés. »

— Une citation de  Mona Fortier, ministre fédérale de la Prospérité de la classe moyenne

Elle ajoute qu’elle compte participer prochainement à des assemblées publiques virtuelles, entre autres à des rencontres organisées par les chambres de commerce de Timmins et du Grand Sudbury.

Les discussions avec les maires de la région ont porté d’ailleurs particulièrement sur le sort des petites et moyennes entreprises.

Mme Fortier a rappelé que les critères pour être admissible à la subvention salariale, disponible à partir de la semaine prochaine, ont été élargis pour permettre à un plus grand de PME d’y avoir accès.

Il a aussi été question de l’enjeu des loyers commerciaux, que plusieurs entreprises dans ces communautés, comme ailleurs au pays, peinent à payer.

On continue à travailler, à collaborer avec la province de l'Ontario pour avoir une entente, afin de mettre en place l'aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial et on devrait avoir, j'espère, les détails très prochainement, explique la ministre.

La ministre Fortier a indiqué que le gouvernement fédéral porte aussi une attention particulière aux besoins des industries liées aux ressources naturelles et aux mines, moteurs de l’économie nord-ontarienne.

Paul Lefebvre, le député de Sudbury, est secrétaire parlementaire [du ministre des Ressources naturelles], il en parle régulièrement et il est très engagé dans la communauté pour voir comment on peut s'assurer de considérer cet enjeu.

L'aide aux travailleurs et aux étudiants

Sur la question de l’accès à Internet haute vitesse, qui pose particulièrement problème en ce moment avec le télétravail et les cours en ligne, Mme Fortier assure qu’Ottawa poursuit ses efforts pour assurer un accès à cette technologie à un maximum de Canadiens.

Même avant la crise, le gouvernement avait déjà mis de l’avant des investissements pour rendre plus disponible la connexion à Internet, non seulement dans le Nord de l’Ontario, mais dans des collectivités éloignées, rappelle la ministre.

La ministre Fortier a également souligné l’aide fédérale pour les étudiants annoncée mercredi par le premier ministre Justin Trudeau. Elle croit qu’elle pourra particulièrement aider les jeunes du Nord de l’Ontario.

À ce propos, sa collègue Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, a expliqué en entrevue à l'émission Jonction 11-17 que l'aide pour les étudiants, particulièrement les bourses pour le bénévolat, leur permettra d'appuyer les organismes communautaires.

La ministre Joly est assise dans les studios de Radio-Canada à Montréal.

La ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly

Photo : Radio-Canada

En tant que ministre, ce que je sais, c'est que mon secteur communautaire présentement est en profond besoin d'aide, a dit Mme Joly.

Les entreprises font face à de grandes difficultés. [Elles font] moins de dons. Le secteur communautaire qui vit beaucoup de cet argent-là se retrouve à souffrir encore plus durement, donc c'est pour ça qu'on arrive avec différentes façons de les aider, par de l'argent, mais aussi avec des ressources et certainement que les étudiants vont pouvoir aider.

Avec les informations de Sophie Houle-Drapeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !