•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : situation stable dans l'est ontarien avec un seul nouveau cas confirmé

Chargement de l’image

Hôpital général d'Hawkesbury et district (archives)

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un seul nouveau cas de COVID-19 a été confirmé dans l'est ontarien, mercredi, mais les autorités sanitaires demeurent vigilantes face à la situation nationale.

Nos courbes se sont aplaties autant au niveau des cas, qu'au niveau des décès, a expliqué le Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BESO), lors de son point de presse virtuel. Je suis satisfait de ce que je vois, mais je ne dirais pas que nous pouvons retourner à la normale.

Dans son bilan quotidien de mercredi, le BSEO parle d'un total de 71 cas confirmés depuis le début de la pandémie. Le cas supplémentaire provient du secteur de Prescott et Russell. En tout, 32 cas sont considérés résolus.

Dans l'est ontarien, cinq personnes sont présentement hospitalisées en raison de la COVID-19, dont trois aux soins intensifs. La région ne déplore toutefois aucun décès.

Le BSEO rappelle que le risque de contracter le virus reste élevé chez les Ontariens. Par ailleurs, le BSEO a effectué 1350 tests de dépistage jusqu'à maintenant.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Évaluer un retour à la normale dans les hôpitaux

Le BSEO tente maintenant d'évaluer quand les hôpitaux pourront relancer leurs ailes chirurgicales. Les hôpitaux ne sont pas débordés avec les cas [de COVID-19] et ont encore de la capacité. On se demande quand on va commencer a refaire les chirurgies électives, a précisé le Dr Roumeliotis.

« Comment pouvons-nous vacciner les enfants de façon sécuritaire? »

— Une citation de  Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario

Il attend de voir à quel moment la courbe sera suffisamment aplatie pour reprendre certaines interventions, notamment la vaccination des nouveau-nés dans les institutions. Pour le moment, l'option de vacciner les enfants sur rendez-vous est la plus plausible, selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !