•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg met à pied plus de 250 chauffeurs d’autobus

Trois autobus circulent dans une rue de Winnipeg.

L’horaire modifié des trajets de semaine sera publié sur le site web de la Ville de Winnipeg le jeudi 23 avril.

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

La Ville de Winnipeg annonce la mise à pied du quart de ses chauffeurs d’autobus en raison d’une baisse d’utilisation du service causée par la pandémie. Le syndicat dénonce cette décision en affirmant que d’autres options s'offraient à la Ville pour faire des économies.

Le taux d’utilisation des autobus a baissé de 72 % depuis le début de la pandémie, selon Winnipeg Transit, ce qui a entraîné une baisse de 74 % de son revenu. Cela représente près de 6 millions de dollars par mois qui n'entrent plus dans les coffres de la Ville.

C’est une situation sans précédent, affirme le directeur de Winnipeg Transit, Greg Ewankiw. Pour contrer l’effet de ces pertes de revenu, Winnipeg Transit réduit son service et met à pied 229 chauffeurs d’autobus permanents ainsi que 24 chauffeurs sans permanence, soit le quart de son effectif.

M. Ewankiw qualifie cette mise à pied de temporaire. Quand le service normal reprendra, la Ville accueillera le retour au travail de tous les employés de Winnipeg Transit.

Les employés mis à pied seront admissibles à l’assurance-emploi. La Ville offre un supplément d’assurance-emploi afin qu’ils touchent 75 % de leur salaire pendant huit semaines pour les employés permanents, et quatre semaines pour les employés sans permanence.

Le maire indique qu’il a cherché à éviter les mises à pied aussi longtemps que possible. Mais aujourd’hui, ajoute-t-il, des réalités difficiles requièrent un changement de cap.

Brian Bowman, lors d'une réunion du conseil municipal.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Nous devons trouver l’équilibre entre le besoin de continuer à offrir des services et des impératifs financiers, poursuit le maire. Nous ne cherchons pas à faire des mises à pied systématiques pour des raisons politiques.

Le syndicat est furieux

Le syndicat Amalgamated Transit Union (ATU), qui représente les 1000 chauffeurs de Winnipeg Transit, réclame un arrêt immédiat des plans de la Ville.

Ces mises à pied surviennent alors que Transit n’a fait aucun effort pour examiner [d’autres sources d’économies, telles que] des mises à pied volontaires, le redéploiement d'employés ou des retraites anticipées, indique le syndicat par communiqué.

Seuls des chauffeurs d’autobus sont visés par cette mise à pied, et aucun poste de gestionnaire n’est touché, ajoute le syndicat. Je suis profondément déçu que des travailleurs de première ligne soient renvoyés, alors qu’il y a beaucoup d’autre gras à couper, renchérit Romeo Ignacio, le président de la section locale 1505 de l'ATU.

Ce dernier dénonce l'absence de préavis au syndicat avant l’envoi des avis de mises à pied.

Le vice-président de la section locale 1505, James Van Gerwen, souligne que le transport public est un service essentiel.

Nos membres mettent leur vie en danger en ces temps difficiles, et ils méritent mieux de la part de leur employeur que d’être laissés sur le bord de la route comme ça.

James Van Gerwen, vice-président de la section 1505 de l'ATU

L'ATU demande au conseil municipal de débattre et de voter sur une proposition portant sur ces mises à pied.

Le directeur municipal par intérim de la Ville, Mike Ruda, affirme qu’en premier lieu le syndicat ne lui a pas présenté ces options pour faire des économies.

De plus, affirme-t-il, la Ville a pensé au redéploiement, mais ce n’était pas possible, et il aurait fallu trop de temps pour faire entrer les autres options en vigueur, parce qu’il aurait fallu mener des consultations et élaborer un plan.

Des autobus moins fréquents à compter du 4 mai

Les mises à pied et les changements de trajets des autobus municipaux entreront en vigueur le 4 mai.

Les trajets des autobus en semaine sont modifiés pour suivre en bonne partie l'horaire du samedi. Des autobus seront ajoutés aux trajets qui bordent des parcs industriels, ainsi que des hôpitaux. Les trajets express dans ces secteurs seront maintenus. En tout, ces ajustements réduisent de 221 autobus la flotte active de Winnipeg Transit.

La Ville affirme avoir pris en compte les besoins des hôpitaux pour permettre aux personnes qui sont aux premières lignes dans la lutte contre la COVID-19 de se rendre au travail.

Elle dit aussi avoir tenu compte du besoin de faire respecter l'éloignement physique entre les passagers, qui reste de mise lors de cette pandémie. Ces changements ne devraient pas avoir pour résultat des autobus trop bondés, dit la Ville.

L’horaire modifié des trajets sera publié sur le site web de la Ville de Winnipeg le jeudi 23 avril. Les services du samedi et du dimanche ne changeront pas.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !