•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un salon du livre dans votre maison

En avant-plan, un livre ouvert devant une bibliothèque bien remplie.

Deux éditrices québécoises ont mis sur pied un salon du livre virtuel qui commence demain.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Alors que la grande majorité des manifestations culturelles sont annulées, deux éditrices québécoises créent le Salon du livre virtuel comme courroie de transmission entre les auteurs et les lecteurs.

Sophie Vaillancourt et Marie-Chantale Angers sont éditrices dans la petite maison d’édition Luzerne Rousse, fondée en 2016 et se spécialisant en littérature jeunes adultes. Comme pour plusieurs nouvelles maisons d’édition, il est parfois difficile de percer le marché des librairies et les salons du livre deviennent ainsi l’une des premières sources de revenus.

Quand les grands rendez-vous livresques québécois ont dû annuler leur tenue, les filles de Luzerne Rousse ont réfléchi à une façon de passer à l’action, dont Marie-Chantale Angers, qui occupe le poste de directrice du marketing.

Le Salon du livre virtuel est arrivé comme une belle alternative, bien qu’on ne souhaite pas du tout remplacer les salons. C’est juste une façon pour qu’on puisse garder contact avec notre lectorat et que notre lectorat puisse garder contact avec la littérature.

Miser sur leur carnet d'adresses

Après que l’idée eut germé, il était temps de mettre les choses en place. Ainsi, les deux alliées se sont mises à faire parler leur carnet d’adresses, contactant à tout vent les éditeurs rencontrés dans les précédents salons du livre.

Il est clair que je n’ai pas pu contacter tous les éditeurs au Québec, je ne les connais pas tous. Mais nous avons tout de même joint près de 150 éditeurs avec cette idée. On voulait avoir le plus de monde possible pour amener de l’eau au moulin de la littérature franco-canadienne, on le sait qu’on n’est pas les seules touchées par cette crise , dit Marie-Chantale Angers.

Dans le lot, deux éditeurs franco-ontariens participent à l’événement : les éditions David et L’Interligne, avec leurs auteurs Jean-François Lemoyne, José Claer, Pierre-Luc Bélanger, Diya Lim, Gabriel Osson et Eddy Garnier qui sont du nombre.

Sophie Vaillancourt, PDG et éditrice à Luzerne Rousse, mentionne qu’il était important pour elles d’agir rapidement et que l’intérêt que ce rendez-vous suscite, tant chez les membres du milieu du livre que chez les lecteurs, prouve que c’était une bonne décision.

Les gens sont extrêmement contents de l'initiative, les gens veulent participer. On a beaucoup d'engouement de ce côté-là. Encore hier et aujourd’hui, on recevait des courriels de gens qui désiraient prendre part au projet.

De jeudi à dimanche sur Facebook

C’est donc à compter de jeudi, à 9 heures, que sera lancé ce salon du livre virtuel. La programmation entière se trouve sur sa page Facebook (Nouvelle fenêtre). La majorité des activités seront tenues en direct à partir de cette page, mais certaines sont qualifiées de hors salon et se déroulent sur la page de l’auteur ou de l’éditeur qui la présente.

Les activités et les animations sont autant destinées à la jeunesse qu'aux adultes, et abordent autant la fiction que les essais. Il sera possible d’être dirigé vers des sites transactionnels pour se procurer les livres des auteurs.

À noter qu’une campagne de financement (Nouvelle fenêtre) est aussi en cours pour pouvoir lever des fonds dans le but de remettre des cachets aux auteurs participants, bien qu’ils aient tous accepté de le faire bénévolement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Livres