•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Saaremaa 1 à Rivière-du-Loup et Saint-Siméon : des appels d'offres bientôt lancés

Le Saaremaa au quai de Matane.

Le Saaremaa peut transporter 600 passagers et 150 véhicules. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Société des traversiers du Québec (STQ) lancera dans les prochains jours trois appels d'offres pour des études de scénario concernant l'intégration du navire Saaremaa 1 à la traverse de Rivière-du-Loup–Saint-Siméon. L'utilisation des infrastructures portuaires de Cacouna fait notamment partie des possibilités.

L'hiver, à Rivière-du-Loup, il y a beaucoup de glace, très peu de profondeur d'eau. À certains moments, la glace va jusqu'au fond du fleuve. [...] Ce serait pour cette raison-là que Cacouna est considérée dans les études à venir. Ce n'est pas une question de modification des infrastructures, c'est davantage une question de navigabilité, soutient l'un des porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie.

La STQ cherche donc une firme de génie qui pourra l'aider à identifier les modifications qui seraient nécessaires aux quais de Rivière-du-Loup et de Saint-Siméon pour que le Saaremaa 1 puisse s'y amarrer.

Est-ce qu'on est mieux de faire des travaux sur le navire ou sur les infrastructures terrestres? Est-ce qu'on doit, par exemple, allonger un quai? Ce sont toutes des choses que l'on va découvrir.

Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec

La Société des traversiers du Québec cherche aussi à obtenir les services d'une entreprise d'architecture navale et d'un designer d'intérieur. Ces services font l'objet des deux autres appels d'offres qui seront lancés.

Ces deux contrats distincts serviront à planifier les travaux qui devront être réalisés sur le navire pour optimiser le chargement, d'une part, et à compléter le réaménagement des espaces passagers du navire selon les normes de la STQ, d'autre part, souligne-t-on, toujours par communiqué.

Alexandre Lavoie affirme que les études qui seront effectuées au cours des prochains mois permettront d'avoir une bonne idée du budget à investir. Je vous rappelle qu'une somme de 48,8 millions est prévue déjà au PQI, souligne-t-il.

Si tout se déroule comme prévu, les études commandées par la STQ devraient être terminées d'ici la fin de l'année.

Le traversier Trans-Saint-Laurent, à Rivière-du-Loup.

Le Trans-Saint-Laurent (sur la photo) n'est pas en fonction l'hiver. Aucun traversier n'assure donc la traversée entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon pendant la période hivernale.

Photo : Radio-Canada

Le traversier qui assure présentement la liaison maritime entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon, le Trans-Saint-Laurent, suspend chaque année ses traversées pendant l'hiver.

Le contrat qui lie la STQ au propriétaire du Trans-Saint-Laurent est valide jusqu'au 31 décembre 2022.

L'arrivée potentielle du Saaremaa 1, adapté aux conditions de glace du fleuve Saint-Laurent, pourrait permettre d'offrir un service de traverse sur une plus longue période de l'année.

Le Saaremaa 1 a d'abord été acquis en 2019 par la STQ pour remplacer le F.-A.-Gauthier à la traverse entre Matane et la Côte-Nord.

Le F.-A.-Gauthier est de retour depuis la fin du mois de janvier, après avoir passé plus d'un an en cale sèche pour régler, entre autres, des problèmes de propulseurs.

Quant au Saaremaa 1, il a quitté le quai de Matane il y a quelques mois et se trouve au port de Trois-Rivières, puisqu'il devait y subir d'importants travaux pendant l'hiver.

Avec des informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Transports