•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario demande l'aide de l'armée pour lutter contre la COVID-19

Des soldats de la réserve du Sud de l'Ontario se rassemblent au manège militaire de Denison.

Doug Ford demande l'appui des Forces armées canadiennes dans cinq centres de soins de longue durée de l'Ontario durement touchés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Grant Linton

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, demande au gouvernement fédéral d'envoyer les Forces armées canadiennes pour répondre à la crise de la COVID-19 dans cinq foyers de soins de longue durée de la province. Au moins 447 résidents de foyers pour aînés sont morts de la maladie depuis le début de la pandémie.

Les Forces armées canadiennes interviendraient notamment pour offrir des soins médicaux, entre autres à Toronto.

La province présentera une demande officielle aujourd'hui afin d'obtenir ces renforts supplémentaires.

Le gouvernement fédéral a offert à l'Ontario un certain nombre de ressources, qui pourraient comprendre du personnel et d'autres ressources de Santé Canada, de l'Agence de la santé publique du Canada, peut-on lire dans un communiqué.

Nous avons le devoir de protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

COVID-19 : Centres de soins de longue durée

  • Éclosions dans les foyers : 127
  • Patients atteints :  1985
  • Employés atteints : 957
  • Patients décédés : 447
  • Employée décédée : 1

Source : ministère des Soins de longue durée, cité par Santé publique Ontario

Les travailleurs de la santé doivent se reposer, a dit le premier ministre Doug Ford lors de son point de presse.

Nous prendrons toute l'aide que nous pouvons obtenir.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Selon les informations obtenues des Forces armées, le médecin hygiéniste en chef David Williams explique que chacune des 5 équipes devrait compter environ 50 militaires. Elles sont souvent dirigées par une infirmière et comprennent des membres qui ont une formation en santé et du personnel général.

Des tests dans tous les foyers

Le nombre d'éclosions dans les foyers pour aînés continue d'augmenter. La COVID-19 est maintenant présente dans au moins 127 établissements.

L'Ontario ordonne par ailleurs que tous les résidents et le personnel dans les foyers pour aînés subissent un test de dépistage de la COVID-19, qu'ils aient des symptômes ou non.

Une femme âgée regarde par la fenêtre de sa chambre dans une résidence.

Des éclosions ont été signalées dans 127 foyers de soins de la province.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Jusqu'ici, le gouvernement Ford optait pour le dépistage ciblé dans les centres de soins où des éclosions ont été déclarées ou encore dans ceux où du personnel ou des patients présentaient des symptômes.

Des tests étaient également effectués depuis peu dans certains foyers où il n'y avait aucun cas, pour tenter de mieux comprendre comment le coronavirus se propage et quelle est la part des patients asymptomatiques dans cette transmission.

Les foyers de soins de longue durée avec une éclosion du virus seront tout de même priorisés.

Chaque jour, des résidents des foyers pour aînés sont soumis au test de dépistage.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Il y a 78 000 résidents dans les foyers de soins de longue durée de la province.

À ce jour, environ 11 600 tests ont été effectués auprès des résidents des établissements de soins de longue durée, selon les données de la province.

Mercredi, Doug Ford n'a pas caché qu'il n'est pas satisfait du nombre de tests effectués quotidiennement, mais il dit suivre les recommandations des autorités de la santé publique de l'Ontario.

Il y a deux semaines, M. Ford demandait pourtant que 13 000 Ontariens soient testés par jour.

Ce nombre a depuis été revu à la baisse.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef Ontario, arrive à une conférence de presse.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le médecin hygiéniste en chef rappelle que le manque d'écouvillons, de réactif et les stocks limités d'équipement de protection ont ralenti les efforts par moments. Le Dr David Williams dit comprendre la frustration du premier ministre qui voudrait progresser plus rapidement et réduire le nombre de décès.

Il souligne toutefois que les modélisations nous indiquent que nous avons fait du bon travail pour aplatir la courbe et que le taux de mortalité est moindre qu'à d'autres endroits.

Sommes-nous satisfaits pour autant? Le premier ministre ne l'est pas. Je ne le suis pas non plus. Comme nous tous, j'aimerais le réduire encore davantage.

Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario
Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

L'opposition officielle croit que ces deux semaines ont mis en danger les travailleurs de la santé et les aînés vulnérables.

Selon le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario, le dépistage universel dans les foyers de soins de longue durée aurait dû être mis en œuvre il y a deux semaines.

Nos foyers de soins de longue durée demeurent l'épicentre de la lutte contre la pandémie de COVID-19 et nous devons continuer à travailler 24 heures sur 24 pour aider leur personnel dévoué à faire face à la crise, écrit la ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Politique